Articles biomasse et filières vertes

Retrouvez ici notre sélection d'actualités concernant la biomasse et les filières vertes.

Vous pouvez effectuer des recherches par mots-clés.

2014/06/23
Le projet SUCELLOG a été lancé pour favoriser la participation du secteur agricole et agro-industriel à l’approvisionnement durable en biocombustibles solides. Ce projet européen sur trois ans est financé par le programme Énergie Intelligente pour l’Europe à hauteur de 1.369.532 €. Cinq pays sont concernés dans ce projet : l’Espagne, la France, l’Italie, l’Autriche et l’Allemagne. L’objectif opérationnel de ce projet est la création de chaines de production (centres logistiques) de biocombustibles solides (granulés, plaquettes etc.) autour d’installations agro-industrielles déjà en place en se servant des grandes synergies existantes entre les secteurs agricoles et énergie (présence de granulateurs, de séchoirs, de convoyeurs, etc.). Ainsi certaines installations pourraient être utilisées au cours de leur période d’inactivité pour la production et le stockage de biocombustibles solides.

Source : Bioénergies International



2014/06/23
Ancrée dans les Alpes depuis 130 ans et très attachée à son environnement, la Maison Routin renforce sa démarche éco-responsable. En septembre 2014, elle inaugurera sa station de méthanisation, la première dans l’univers de la fabrication de sirops. Après deux ans d’études et un an de travaux, cette installation lui permettra de traiter l’ensemble de ses rejets et de générer du biogaz, limitant ainsi son empreinte environnementale.

Source : Bioénergies International



2014/06/23
Valoriser le biogaz issu des déchets de stations d’épuration des eaux usées (STEP) pour augmenter la production locale d’énergie renouvelable et substituer le gaz d’origine fossile.

Source : Enerzine.com



2014/06/23
Valoriser le biogaz issu des déchets de stations d’épuration des eaux usées (STEP) pour augmenter la production locale d’énergie renouvelable et substituer le gaz d’origine fossile: c’est l’objectif du nouveau dispositif réglementaire publié au Journal Officiel.

Source : Enviro2B



2014/06/23
Iberdrola Ingeniérie et FCC Aqualia ont présenté fin mai les résultats des recherches réalisées dans le cadre du projet Cenit Vida, qui ont entre autre permis la création de systèmes de capture du CO2 et de bioproduction de micro algues novateurs, ainsi que d’un système de réutilisation des eaux municipales.

Source : Bioénergies International



2014/06/19
Lors du conseil des ministres du 18 juin, Ségolène Royal a présenté les grands axes du projet de loi de programmation pour la transition énergétique transmis au Parlement en juillet, ainsi que les actions qui la mettent concrètement en œuvre.

Source : Enerzine.com



2014/06/19
Le projet de loi sur la transition énergétique doit donner une impulsion forte à la production d'énergies renouvelables dont la part doit, en quinze ans, être multipliée par deux dans le nouveau modèle énergétique français.

Source : Enerzine.com



2014/06/19
La France exporte son bois et importe les produits finis. Le plan lancé par Arnaud Montebourg veut mettre fin à ce paradoxe en permettant la construction d'immeubles en bois de grande hauteur.

Source : Actu-Environnement



2014/06/17
L’ADEME souhaite organiser un recueil périodique des dossiers afin de mieux gérer le financement des projets annuels et d’anticiper les besoins de financements des années suivantes. Aussi, afin d’accompagner les projets les plus pertinents, la DR Nord – Pas de Calais de l’ADEME prévoit de gérer une partie de ses crédits sous la forme d’appel à projets. L’évolution de la maturité technique et économique de certaines filières prouvée par le volume de dossiers réceptionnés et la recherche du meilleur effet de levier des fonds publics confiés à l’ADEME conduisent à un accroissement des exigences et une sélectivité plus forte des dossiers.

Source : Bioénergies International



2014/06/17
A l’occasion de la semaine européenne sur l’économie circulaire et l’efficacité dans l’utilisation des ressources qui s’est tenue début juin 2014 à Bruxelles, les associations de protection de l’environnement (le Cniid et France Nature Environnement) réseau de collectivités (Compostplus) et représentants du monde agricole (Agriculteurs Composteurs de France, Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France et Assemblée Permanente des Chambres d’Agriculture) se sont associées pour  réaffirmer leur soutien au tri à la source des déchets et demander la mise en place rapide de ce modèle pour l’ensemble des déchets organiques des ménages et des entreprises afin de favoriser un retour au sol de qualité pour la matière organique. 

Source : Bioénergies International



2014/06/16
Un an et demi après avoir lancé le "projet agro-écologique pour la France", Stéphane Le Foll estime que la dynamique est lancée. Les critères de mise en oeuvre restent néanmoins à définir.

Source : Actu-Environnement



2014/06/13
Le stockage d’électricité a toujours été nécessaire, pour les applications nomades ou pour équilibrer les réseaux, par exemple. Avec le développement des énergies renouvelables intermittentes, l’évolution des systèmes énergétiques et de la mobilité, il est devenu une pierre angulaire. Il permet de différer l’usage du surplus d’énergie produite notamment par les éoliennes ou le solaire pour l’utiliser au moment opportun, limitant voire évitant le recours à des énergies carbonées en période de surconsommation, mais également de proposer de nouveaux services pour l’exploitation des systèmes énergétiques.

Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



2014/06/13
Une directive limitera les agrocarburants de première génération à fort impact sur la production alimentaire et la déforestation. Mais le compromis est en retrait par rapport à ce qui était préconisé.

Source : Actu-Environnement



2014/06/13
La direction régionale de l'ADEME et le Conseil Régional Ile-de-France lancent la troisième session de l'appel à projets "plateformes régionales d'approvisionnement en biomasse-énergie". Les dossiers de candidatures doivent être adressés avant le 18 juillet via un site dédié.

Source : Actu-Environnement



2014/06/02
Infos clés fiche de cas – Création d’un réseau de chaleur de 10 km – Besoins : 4.000 équivalents-logements – Combustible biomasse : 6.150 tonnes de bois déchiqueté par an – Chaudière bois Compte R. de 9 MW – Taux de couverture par le bois : 78 % – Investissement : 8,7 M € – Mise en service : janvier 2014 – Délégataire : Cofely.

Source : Bioénergies International



2014/05/28
La conversion du charbon à la biomasse de la tranche n°4 de la centrale de Provence (Gardanne-Meyreuil dans les Bouches du Rhône) portée par le groupe E.ON va permettre de produire une électricité "plus propre" à partir d'une ressource renouvelable : le bois.

Source : Enerzine.com



2014/05/28
Cette année l’atlas Bioénergie International des centrales électriques à biomasse solides et déchets ménagers des zones francophones totalise 267 installations dont les informations figurent dans les tableaux du magazine : 182 en France, 1 à Monaco, 36 en Belgique, 11 en Suisse, 3 au Luxembourg, 14 au Canada, 2 au Bénin, 2 au Burkina-Faso, 3 au Cameroun, 1 en Centrafrique, 1 au Congo, 1 au Gabon, 2 à Madagascar, 1 en Tunisie, 1 au Maroc, 1 au Nigéria, 1 sur l’Île Maurice et 2 au Sénégal.

Source : Bioénergies International



2014/05/28
Pour exploiter au mieux une unité de méthanisation et garantir sa pérennité, il faut conjuguer efficacité et rentabilité. BTS Biogas, leader en Italie dans le secteur du biogaz (de la conception à l’aide à l’exploitation en passant par la construction), très présent en Europe et depuis peu en France, livre aujourd’hui à ses clients un instrument fort utile qui leur permet d’évaluer la pertinence des « rations » de leurs digesteurs, c’est-à-dire des différents mélanges de biomasse qui alimentent ces derniers, d’en jauger les avantages et les inconvénients, sur le plan technique mais aussi sur le plan économique. Ce logiciel d’optimisation aide à améliorer nettement le rapport produits/intrants d’une installation et à repérer les possibilités d’économies.

Source : Bioénergies International



2014/05/28
La société Alvan Blanch, du nom de son fondateur en 1952 au Royaume Uni, avait pour objectif de développer la mécanisation agricole. Son fondateur disait qu’aucune machine ne doit être plus compliqué que fonctionnellement nécessaire et que les machines, tout en étant faciles à réparer, doivent être construites pour durer toute une génération. C’est dans cet esprit que l’entreprise a développé, parmi de très nombreux autres produits pour des applications sur l’ensemble de la planète, une gamme impressionnante de séchoirs, principalement pour le séchage des grains et autres produits agricoles. L’une des dernières applications développées est celle du séchage du bois déchiqueté. Les séchoirs Alvan Blanch sont distribués en France par la société Installations Perreault, basée dans le Maine et Loire. Installations Perreault a été créé suite à l’accroissement des ventes en France de la société canadienne Ets Perreault.

Source : Bioénergies International



2014/05/27
La conversion du charbon à la biomasse de la tranche n°4 de la centrale de Provence (Gardanne-Meyreuil dans les Bouches du Rhône) portée par le groupe E.ON va permettre de produire une électricité plus propre à partir d’une ressource renouvelable : le bois. L’approvisionnement de 855.000 tonnes de bois / an nécessaire au fonctionnement de cette unité de production électrique sera à terme constitué à 50 % par du recyclage de bois : bois d’élagage et d’entretien des espaces verts, jardins, bords de route, opérations de protection des forêts contre l’incendie ; palettes et bois d’emballage usagés ; meubles et structures en bois issus de déconstruction de bâtiments. Ces bois en fin de vie sont aujourd’hui difficilement valorisés faute de débouchés locaux et sont trop souvent abandonnés, enfouis, exportés. Dans le pire cas, ils sont brûlés à l’air libre, ce qui entraîne une dégradation de la qualité de l’air.

Source : Bioénergies International



2014/05/27
Infos clés fiche de cas – Réseau de chaleur de 20 km – Besoins : 15.000 équivalents-logements – Combustible biomasse : 18.000 tonnes de bois déchiqueté par an – Deux chaudières bois Vyncke de 10 MW en eau surchauffée – Plus de 50 % de taux de couverture par le bois – Investissement : 24 M € – Mise en service : automne 2014 – Délégataire : Cofely. D’une longueur de 20 km, le réseau de chaleur de la ville de Bagnolet alimente en chauffage et en eau chaude sanitaire l’équivalent de 15 000 logements. Partie intégrante de la vie de la Cité, son évolution suit le schéma urbanistique de la ville et son fonctionnement quotidien en fait un service public au service des Bagnoletais. Pour répondre aux engagements de la ville en faveur du développement durable, Cofely Réseaux a proposé la construction d’une chaufferie biomasse de 20 MW sur le site de la chaufferie des Roses.

Source : Bioénergies International



2014/05/26
Le démonstrateur pré-industriel Toulouse White Biotechnology (TWB) vient de démarrer une collaboration stratégique de R&D avec le groupe Total pour la production de molécules d'intérêt pour la chimie des plastiques à partir de matières premières biosourcées. Ce programme mobilisera sept chercheurs à temps plein sur une durée de quatre ans.

Source : Info Chimie



2014/05/26
Dans un rapport, le Conseil Général de l'Alimentation, de l'Agriculture et des Espaces Ruraux met en avant les services rendus par la forêt. Changement climatique, conflits d'usage, elle doit toutefois faire face à de nombreuses problématiques.

Source : Actu-Environnement



2014/05/23
Cette évaluation de l’impact des projets soutenus dans le cadre du Fonds Chaleur BCIAT sur les acteurs de la filière en matière d’emploi et de chiffre d’affaires visait à : réaliser une analyse approfondie sur cinq projets industriels en fonctionnement afin de quantifier l’impact de ces projets en matière d’emploi et de chiffre d’affaire sur l’ensemble de la filière permettant d’évaluer la sensibilité des impacts des projets en fonction du type d’approvisionnement, de la chaîne logistique, de la taille de l’installation... ; déduire des ratios moyens pertinents sur l’impact en matière d’emploi et de chiffre d’affaires par type d’acteur pour les projets financés dans le cadre du BCIAT.

Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



2014/05/23
Les appels d'offres BCIAT du fonds chaleur ont soutenu des projets de chaufferies biomasse bénéficiant avant tout aux industries et emplois "made in France", selon une étude réalisée par Ernst et Young pour le compte de l'ADEME.

Source : Actu-Environnement



2014/05/22
La Ministre de l'Ecologie, Ségolène ROYAL, a participé mardi dernier à la réunion de la commission développement durable, environnement de l’Association des régions de France (ARF) présidée par Jean-Jack QUEYRANNE, président de la région Rhône-Alpes, et ancien ministre.

Source : Enerzine.com



2014/05/22
Dans un avis rendu début mai, l'Anses se dit opposée, en l'état, à la norme proposée pour les digestats issus de la méthanisation des lisiers. La demande de normalisation s'appuie sur un trop petit nombre d'échantillons et des analyses incomplètes.

Source : Actu-Environnement



2014/05/20
Après avoir fortement crû de 2000 à 2008, la consommation de terres agricoles recule compte tenu des difficultés du secteur de la construction. Mais les données disponibles doivent être améliorées si la France veut mieux évaluer le phénomène.

Source : Actu-Environnement



2014/05/20
Ségolène ROYAL et Arnaud MONTEBOURG ont piloté le 16 mai dernier une réunion de travail avec les responsables des 10 plans concernés par la transition énergétique, parmi les 34 plans de la Nouvelle France industrielle.

Source : Enerzine.com



2014/05/20
La loi de finances rectificative pour 2013 donne la possibilité aux collectivités territoriales d'exonérer de taxe foncière les installations de méthanisation agricole pour une durée de cinq ans.

Source : Actu-Environnement



2014/05/19
Développé à l'EPFL depuis 2002, le stockage d'énergie sous forme d'air comprimé est en mesure de répondre aux besoins des réseaux utilisant de plus en plus d'électricité d'origine renouvelable.

Source : Enerzine.com



2014/05/19
Le Club Biogaz publie un livre blanc regroupant 50 propositions en faveur de la méthanisation. Une restructuration des tarifs d'achat en supprimant le critère de taille des installations de méthanisation fait figure de mesure phare.

Source : Actu-Environnement



2014/05/16
Parce qu’elle permet la transformation de déchets et de matières organiques en engrais et en énergie, la méthanisation représente une solution d’avenir contribuant ainsi à la transition énergétique et écologique de notre société. En forte croissance dans le secteur agricole, elle présente un réel potentiel pour réduire les émissions de gaz à effet de serre et ouvrir de nouveaux débouchés économiques.

Source : Bioénergies International



2014/05/15
Le quatrième site d'injection de biométhane a été mis en service à la mi-avril sur le réseau de distribution de GrDF. Il s'agit du projet de AgriBioMéthane, situé à Mortagne-sur-Sèvre en Vendée, porté par une dizaine d'agriculteurs. L'unité de méthanisation est alimentée par 15.000 tonnes d'effluents d'élevages (bovins, porcins, canards) auxquels s'ajouteront 6.000 tonnes de déchets agroalimentaires.

Source : Observ'ER



2014/05/15
En Europe, la granulation du bois s’alimente principalement en sciure et chutes de scieries de résineux. Ces scieries ont en effet des tailles unitaires importantes qui fournissent à la production de granulés une échelle intéressante. Mais alors que la production française va dépasser le million de tonnes en 2014, la ressource forestière en bois est paradoxalement constituée aux deux tiers de bois feuillus.

Source : Bioénergies International



2014/05/15
La chaleur produite à partir de biomasse est généralement générée suivant la demande, ce qui n’est pas le cas actuellement pour la plupart des installations de production d’électricité : les installations à bois et de biogaz produisent en général de l’électricité de façon constante et permanente. Cette capacité de production de base est considérée comme l’un des avantages de l’électricité à partir de biomasse par rapport aux autres sources d’électricité renouvelable. Néanmoins, si on souhaite voir la bioélectricité être produite également en fonction de la demande, par exemple pour compenser les fluctuations des énergies éolienne et solaire, un effort doit être fait.

Source : Bioénergies International



2014/05/15
Situé à Saint Aignan en région Centre, le ZooParc de Beauval accueille 5.700 animaux et 600 espèces. Il est classé parmi les 15 plus beaux zoos du monde. C’est également le premier zoo français à intégrer une unité de méthanisation qui valorise les résidus organiques du zoo et d’exploitations agricoles voisines, pour produire de l’énergie renouvelable et un engrais organique. La méthanisation va ici profiter de la visibilité du premier site touristique de la région Centre, avec plus de 900.000 visiteurs en 2013.

Source : Bioénergies International



2014/05/15
Faute de pouvoir maintenir dans le temps un approvisionnement conforme au plan prévisionnel, les unités de méthanisation s'éloignent souvent du fonctionnement optimal défini lors de leur construction.

Source : Actu-Environnement



2014/05/15
La société britannique Tamar Energy affiche l’objectif de développer 40 unités de méthanisation générant 100 MW d’électricité renouvelable au travers tout le Royaume Uni. C’est dans ce cadre que le 20 mars 2014, a été inaugurée une nouvelle unité de méthanisation à Retford, dans le comté de Nottingham, au centre de l’Angleterre.

Source : Actu-Environnement



2014/05/14
A l’occasion de la parution de son Atlas 2014 des centrales de production d’électricité par la biomasse solide, le magazine Bioénergie International s’interroge dans l’éditorial de son numéro 31 de mai-juin 2014, sur la volonté réelle de la France à vouloir développer ce mode de production.

Source : Bioénergies International



2014/05/14
La condensation a pour but la restitution à l’installation de chauffage de la chaleur emportée dans les fumées. Le potentiel de récupération est l’écart entre PCI et PCS (Pouvoir calorifique inférieur ou supérieur). Cette notion est fort bien connue pour le gaz naturel, qui paradoxalement n’est pas forcément le combustible le plus pertinent pour réaliser cette opération. En effet, si dans le gaz naturel, la différence PCI-PCS se résume à la chaleur contenue dans l’eau résultant de la combustion, le potentiel de récupération est de 10 %. Dans la cas du bois humide, ce gain est à additionner avec la chaleur contenue dans l’eau du bois, une chaleur qui a du être apportée pour le séchage de ce bois dans le foyer, et qui fait que la différence entre PCI et PCS pour le bois peut dépasser les 100 % !! La marge d’économie est donc monstrueusement intéressante. Notons que le recours à la condensation tairait par ailleurs définitivement les réticences à brûler du bois humide.

Source : Bioénergies International



2014/05/13
Le 6 mai, à l'occasion du salon international professionnel de l'environnement Ifat de Munich, la société d'économie mixte française Semardel et l'entreprise allemande MVV-Umwelt ont annoncé la création de la Société européenne de valorisation énergétique (Seve).

Source : Actu-Environnement



2014/05/12
La facture énergétique de la France s'allège ce début d'année : un gain d'environ 2 milliards et demi (Md€) en février 2014 par rapport à janvier, selon le Commissariat général au développement durable (CGDD). Cette tendance s'avère également vraie à une échelle annuelle.

Source : Actu-Environnement



2014/05/12
Les professionnels du bois s’inquiètent pour l’avenir de la forêt française. A quelques semaines du Salon international de la forêt Euroforest, l’interprofession France Bois Forêt réclame une aide de 150 millions d’euros pour relancer la filière.

Source : Enviro2B



2014/05/09
AMORCE a publié une note sur les quotas d’émissions de gaz à effet de serre dans les réseaux de chaleur à destination des collectivités et des exploitants des réseaux de chaleur.

Source : Réseaux de chaleur



2014/05/09
La Commission de régulation de l'énergie a rendu publique sa délibération au sujet de la procédure de gestion des réservations de capacité d'injection de biométhane sur les réseaux de gaz naturel. Une consultation publique s'était tenue à ce sujet du 22 novembre au 20 décembre 2013.

Source : Actu-Environnement



2014/05/09
Les données sur les livraisons de gaz et d’électricité sont diffusées par le ministère du développement durable (service de l’observation et des statistiques), dans le cadre du décret du 16 novembre 2011 relatif aux données permettant d’élaborer et d’évaluer les schémas régionaux du climat, de l’air et de l’énergie (SRCAE) et les plans climat-énergie territoriaux (PCET).

Source : Réseaux de chaleur



2014/05/08
Depuis le 7 avril 2014, CIDEME (filiale à 100% de TIRU, elle-même filiale filiale à 51% d’EDF, à 25% de GDF Suez et à 24% de Veolia) assure l’exploitation de la chaufferie bois du site Candia de Awoingt près de Cambrai dans le département du Nord.

Source : Bioénergies International



2014/05/07
L’épuisement des réserves fossiles et la forte production de gaz à effet de serre que leur utilisation induit poussent les chercheurs à développer de nouveaux carburants plus durables, produits à partir de matière organique non fossile (biomasse). La première génération de biocarburants a ainsi été mise au point en extrayant l’huile de plantes telles que le colza et le tournesol, ou le sucre des betteraves, des cannes à sucre et d’autres céréales. Dès 2008 l’ONU s’est inquiété de la forte compétition de la production de ces biocarburants avec les cultures à usage alimentaire, et a appelé à leur abandon au profit d’une deuxième génération de biocarburants. Celle-ci est produite à partir de la partie non consommable alimentairement de la biomasse (paille, feuilles…) ou à partir de cultures dédiées à croissance rapide qui entrent moins en compétition avec l’agriculture. Leur bilan environnemental et énergétique est meilleur mais la compétition pour les terres arables et l’eau existe toujours. Les chercheurs se tournent donc désormais vers une nouvelle génération (« 3G ») de biocarburants produits à base de lipides extraits des microalgues.

Source : Bioénergies International



Coordonnées

BIOMASSE CONSEIL

Adresse : 4 rue Pierre Curie 88110 RAON-L'ETAPE

Téléphone fixe : 09 84 28 92 90

Téléphone mobile : 07 82 24 84 22

E-Mail : contact@biomasse-conseil.fr

Web : www.biomasse-conseil.fr

 

Réalisation

Site réalisé par Le Tisseur De Liens