Articles biomasse et filières vertes

Retrouvez ici notre sélection d'actualités concernant la biomasse et les filières vertes.

Vous pouvez effectuer des recherches par mots-clés.

2018/07/13

La première usine française de black pellets ouvrira en 2020 dans la Marne


Source : Bioénergies International



La première usine française de black pellets ouvrira en 2020 dans la Marne

Black pellets, photo Européenne de Biomasse

La société Européenne de Biomasse et ses partenaires Meridiam et Caisse des Dépôts ont annoncé le 13 juillet 2018 l’implantation de l’ensemble industriel FICA-HPCI (Filière industrielle Champagne-Ardennes – Haut Pouvoir Calorifique Industriel) sur la plateforme agro-industrielle de Pomacle-Bazancourt près de Reims. Cet ensemble industriel inédit en France, qui sera mis en construction dès l’automne 2018 pour une mise en service en 2020, comprend une centrale de cogénération biomasse (société COGECAB) qui fournira de l’électricité verte à Enedis et de la vapeur à l’amidonnerie voisine Chamtor, et une usine de granulation et préparation de combustible (société FICAP) qui produira chaque année 120 000 tonnes de biocombustibles HPCI®, substitut renouvelable au charbon de terre. 

Pour la partie granulation et préparation du combustible, l’actionnariat de FICAP est réparti entre trois entités : 24% Caisses des Dépôts, 25% Alpha pellets 25% et 51% Européenne de Biomasse, et c’est Alpha Pellets qui en sera l’exploitant. Pour la partie production d’énergie, l’actionnariat de COGECAB se réparti comme suit : 55% Atlante Gestion, 30% CDC, 10% Dalkia et 5% Européenne de Biomasse et c’est la société Dalkia qui est en charge de la livraison clé en main de l’équipement et qui sera en charge de son exploitation et de sa maintenance.

Un projet inédit en France pour accompagner la sortie du charbon fossile

A partir des résidus de bois issus des forêts de la région, FICAP assurera la première production mondiale de granulés HPCI® Black pellet en continu à partir d’un procédé de vapocraquage ou explosion vapeur.

Zoom sur le HPCI® Black Pellet

Le granulé HPCI® Black Pellet a été mis au point par Européenne de biomasse au terme de 12 ans de R&D. Ces granulés noirs sont obtenus par le procédé d’explosion à la vapeur de la matière première. L’explosion vapeur (steam explosion en anglais) consiste à monter la matière première en température jusque 240°C et se conclue par une dépressurisation rapide qui fait exploser les cellules du bois et opère une dépolymerisation de ses longues chaines carbonées. Cette opération rend le bois plus facile à broyer et surtout le rend hydrophobe donc stockable en extérieur et transportable par voie maritime sans risque de dégradation. L’explosion vapeur est aussi utilisée comme prétraitement des matières lignocellulosiques avant méthanisation.

C’est l’entreprise Valmet qui fournira le procédé de vapocrackage. Le groupe, spécialiste de la grande industrie du bois, avait travaillé sur le même produit dès le début des années 2010 avec le fabricant américain Zilkha Biomass, implanté à Selma en Alabama. Ce producteur avait d’ailleurs en 2015 alimenté la chaufferie de la CPCU à Saint-Ouen avec du black pellet avant d’interrompre brutalement ses livraisons. Ces granulés étaient alors importées en France par le port de Rouen.

Avec un bilan très favorable en CO2 et de très hautes performances techniques (résistance à l’eau, densité, pouvoir calorifique), ce combustible constitue une alternative au charbon de terre pour les chaufferies industrielles et les centrales électriques à flamme. Son utilisation ne nécessite aucun changement majeur d’équipements ni de manutention et ni de combustion.Modèle d’usine de black pellets, Crédit Valmet.

Alors que les autorisations d’exploitation des deux entités ont été délivrées par la préfecture de la Marne le 27 octobre 2017, l’usine de production de granulés de Pomacle sera quant à elle construite par De Smet Engineers & Contractors, membre du Groupe Moret Industries, qui a signé le contrat le 21 juin 2018. De Smet Engineers & Contractors assurera la gestion globale du projet : l’ingénierie, les études, la fourniture des équipements et le génie civil. C’est le constructeur français Promill, également du groupe Moret Industries, qui fournira l’unité de granulation avec six presses d’une capacité horaire totale de 19 tonnes. L’usine FICAP sera réversible et pourra aussi produire du HPCI® White pellet, du granulé de bois normal donc, destiné au marché du chauffage des particuliers; une ligne d’ensachage est prévue à cet effet.

Signature du contrat de construction de l’usine Ficap le 25 juin 2018 à Paris, photo Groupe Moret. De gauche à droite Nebojsa Maksimovic & Benoît Dujardin de Dalkia, Toriki Périou de Meridiam, Jérôme Bouttiau & Guy Davister de DSEC, Nadège Beck d’Européenne de Biomasse et présidente de Cogecab, Jérôme Illouz de Moret Industries, Jérôme Verrié et Guyve Sardari de Meridiam, Jean-Baptiste Marin d’Européenne de Biomasse et président de Ficap, Mats Arnberg et Mattias Erixon de Valmet, Bernard Bourée d’Européenne de Biomasse.

C’est l’usine de cogénération COGECAB, société de la même holding, qui alimentera le séchoir à bande de l’unité de granulation (13 MW), et c’est l’usine FICAP qui alimentera l’usine de cogénération en combustible. Globalement les deux entités consommeront, matière première et combustible confondus, environ 320 000 tonnes humides de bois naturel (rondins/grumes), de bois de palettes, de sous-produits agricoles (paille de colza, menue paille de céréales, ceps, charpente et sarments de vignes, farine de chanvre et de raisin), un tonnage qui se répartit entre 200 000 tonnes de matière première pour les granulés et 120 000 tonnes de biocombustibles.

FICA-HPCI, la première étape d’une nouvelle filière ?

L’investissement des deux entités se monte à plus de 100 millions d’euros et devrait engendrer la création de 350 emplois sur le territoire dont 40 directs. GOGECAB qui va se construire sur le même terrain de sept hectares que FICAP sera équipée d’une chaudière de 49,9 MW et d’une turbine à vapeur permettant de développer 12 MW électriques et de soutirer de la vapeur pour Chamtor.

Ce nouvel ensemble industriel vient renforcer ce département de la Marne, déjà reconnu comme la « vallée de la bioéconomie » en France, avec notamment déjà implantés sur le site agro-industriel des Sohettes à Pomacle & Bazancourt, parmi les principaux établissements, la bioraffinerie Cristanol, la sucrerie Cristal Union, l’amidonnerie Chamtor, Air Liquide et le pole de recherche Futurol où travaille notamment Global Bioénergies.

Et si dans quelques années cette expérience technologique est concluante, mais surtout si ce produit a trouvé son marché, alors l’ambition des porteurs du projet est de se servir de cette usine comme tête de série industrielle pour essayer d’en vendre ou d’en construire d’autres ailleurs en France et à l’étranger.

Contact : www.ebiomass.eu


2018/07/12

26 et 27 septembre 2018 à Rennes, premières assises de la pyrogazéification


Source : Bioénergies International



26 et 27 septembre 2018 à Rennes, premières assises de la pyrogazéification

Les 26 et 27 septembre 2018 à Rennes, les premières Assises Nationale de la Pyrogazéification sont organisées par les équipes du Club Pyrogazéification, par le Club Bretagne Eco Entreprises et par le Centre européen d’entreprise et d’innovation CREATIV, en partenariat avec la CCI de RENNES.

Le Club Pyrogazéification et autres Procédés Thermiques Innovants rassemble les professionnels du secteur des procédés thermiques innovants (pyrolyse, gazéification, pyrogazéification, oxydation hydrothermale, vitrification par torche à plasma … (hors combustion et incinération). Il est composé de 70 membres représentant des équipementiers, des opérateurs biomasse et déchets, des bureaux d’études, des centres de recherche et des industriels intéressés par le développement de la filière.

Les objectifs de ces assises sont les suivants :

  • Créer un rendez-vous annuel et national sur la gazéification, un moment de bilan technique, pédagogique et informatif d’un marché en pleine évolution et faire de cette première manifestation un acte fondateur pour la filière,
  • Offrir un retour d’expériences des acteurs avec une mise à disposition des informations,
  • Apporter aux donneurs d’ordres publics et privés une vision prospective sur les capacités industriels de la filière,
  • Donner aux acteurs français, leur réelle place sur le marché européen et mondial par une information concrète,
  • Faire le point des axes de recherches des centres technologiques.

Pré-programme

Le 26 septembre 2018 : deux trajets de visites techniques

Au départ de l’IMT Nantes Atlantique, des rencontres pilotées par le bureau d’études S3D :

  • Visite du laboratoire de recherche et présentation des travaux de la FLORENTAIRE,
  • Découverte de la première plateforme R&D française de gazéification par lit fluidisé circulant chez LEROUX & LOTZ,
  • Visite d’une unité de gazéification en exploitation développée par NAODEN.

Au départ de la CCI de Rennes vers le pôle LIGER à Locminé (56) :

  • Visite du site de méthanisation, cogénération, injection de biométhane et station BioGNV,
  • Retours d’expériences de GRDF sur l’injection réseau,
  • Présentation de la première installation de gazéification de EDDA,
  • Découverte de la première installation de gazéification SPANNER Re2 en France par AHCS, sur le site de Liger.

Le site de LIGER à Locminé dans le Morbihan, photo Liger

Le 27 septembre 2018 à Rennes : conférences et débats animés par Frédéric Douard, rédacteur en chef de Bioénergie International

  • Quelle place pour la filière pyro-gazéification dans le paysage énergétique français ? Témoignages d’industriels.
  • Quels sont les gisements disponibles ? Quelles complémentarités avec les autres filières de la bioénergie ?
  • Panorama mondial des technologies de pyro-gazéification.
  • Freins et leviers pour développer la filière.

Informations pratiques – Inscription en ligne gratuite et obligatoire : docs.google.com

Renseignements : Frank MAINARD – assisesdelapyro@gmail.com – Tél.: 06 09 64 10 81

Liens des partenaires : 


2018/07/06

L’association France Gaz Renouvelables va promouvoir les gaz verts dans le mix énergétique français


Source : Bioénergies International



L’association France Gaz Renouvelables va promouvoir les gaz verts dans le mix énergétique français

L’AAMF, les Chambres d’Agriculture France, le Club Biogaz ATEE, la FNCCR, la FNSEA, FRANCE BIOMETHANE, GRDF et GRTgaz viennent de lancer l’association France gaz renouvelables pour promouvoir la place des gaz verts dans le mix énergétique français. Ouverte et à but non lucratif, France gaz renouvelables entend fédérer les différentes initiatives liées à l’essor des gaz renouvelables et permettre la création d’un écosystème au sein duquel le monde agricole et le monde de l’énergie seront au service des territoires et de la transition énergétique.

Une association au service de l’agriculture et de la transition énergétique

Les gaz renouvelables, à commencer par le biométhane, constituent des filières à la croisée des enjeux d’avenir de l’agriculture, des territoires, de l’énergie et du climat. Ils favorisent la complémentarité des territoires ruraux et urbains, de l’agriculture et de l’énergie. Les gaz renouvelables contribuent au développement d’une économie circulaire pour les territoires en permettant le traitement et la valorisation des gisements agricoles et des déchets (ménagers, industriels, agroalimentaires…) et en favorisant le développement d’une agriculture durable et pérenne économiquement.

L’ensemble des partenaires partage le constat que l’essor des gaz renouvelables reposera sur la capacité de mobilisation et de convergence d’un grand nombre et d’une grande diversité d’acteurs : monde agricole, territoires, gestionnaires d’infrastructures, industriels de l’énergie, des déchets et de l’eau, développeurs de projets, financeurs, filières techniques et installateurs, utilisateurs des gaz verts (bâtiment et mobilité verte, fournisseurs d’énergies…), ONG et société civile… L’ampleur de l’ambition nécessite de créer une adhésion politique et sociétale d’envergure, qui dépendra pour beaucoup de la capacité à rassembler, à structurer et animer cette communauté d’acteurs.

Un interlocuteur privilégié auprès des pouvoirs publics, des acteurs économiques et de la société civile

Dans cette perspective, 8 membres fondateurs représentatifs de cette diversité créent l’association France gaz renouvelables. Autour d’un centre de gravité agricole (FNSEA, AAMF et Chambres d’Agriculture France), elle regroupe des représentants majeurs des infrastructures gazières (GRDF, GRTgaz), les territoires (FNCCR), le think tank (France Biométhane) et la filière technique (Club Biogaz ATEE). L’association se veut ouverte à tous les partenaires qui partagent ses objectifs et souhaiteront la rejoindre.

Le Syndicat des Energies Renouvelables (SER), branche bioénergies, l’Association Française du Gaz (AFG), le Syndicat Professionnel des Entreprises Gazières Non Nationalisées (SPEGNN) ou encore Téréga (ex-TIGF) ont marqué leur intérêt pour la création de cette association, qui interviendra en pleine complémentarité de leurs actions.

Une filière jeune, dynamique et déjà compétitive

Au vu du dynamisme de la filière, l’ensemble des partenaires estime aujourd’hui qu’il est possible de porter à 30% la part du gaz renouvelable en France en 2030 en s’appuyant notamment sur le potentiel agricole important de notre pays. En 2030, on estime que près de 50 000 exploitants agricoles pourraient porter des projets de méthanisation, et ainsi gagner en compétitivité à travers un complément de revenu issu de la production d’énergie renouvelable.

À fin mai 2018, 56 sites de production de biométhane sont raccordés aux réseaux gaziers ; 12 sites ont été mis en service depuis le début de l’année. L’injection de biométhane dans les réseaux de gaz en France est en forte progression. Après avoir doublé entre 2016 et 2017, elle atteint 254 GWh sur les 5 premiers mois de l’année soit une forte hausse de 67% par rapport à la même période de l’année précédente. Plus de 400 projets sont aujourd’hui à l’étude sur l’ensemble du territoire français, ce qui pourrait porter la capacité d’injection à 8 655 GWh/an. En complément du biométhane, le Power to gas et la gazéification assureront également très bientôt une contribution essentielle au développement des gaz renouvelables en France.


2018/07/02

Fiches régionales – état des lieux et potentiels de la chaleur renouvelable


Source : Réseaux de chaleur



Fiches régionales – état des lieux et potentiels de la chaleur renouvelable

Un état des lieux et un potentiel de développement de la chaleur pour chaque région.

La Fedene a fait réaliser des fiches illustrant l’état des lieux des réseaux de chaleur ainsi que leur potentiel de développement pour chaque région. Ces informations peuvent venir compléter ou alimenter les études EnR des diagnostics des SRADDET et/ou SRCAE.

De manière plus générale, ces fiches permettent d’avoir une vision synthétique du développement possible de la chaleur renouvelable par les réseaux sur le territoire. Elles ont vocation à nourrir les visions stratégiques des plans énergie.

Accès aux fiches :

http://www.fedene.fr/etudes-publications/reseaux-de-chaleur-et-de-froid/

Pour aller plus loin dans le diagnostic, voir aussi la cartographie nationale des besoins de chaleur du Cerema : http://reseaux-chaleur.cerema.fr/carte-nationale-de-chaleur-france


2018/06/29

Le stockage comme clé de voûte au développement des énergies renouvelables


Source : Enviro2B



Le stockage comme clé de voûte au développement des énergies renouvelables

Le passage progressif aux énergies renouvelables requiert de relever un défi de taille : celui du stockage durable et massif de l’électricité. Or, les solutions à très grande échelle n’existent toujours pas. Irrémédiable ? Au vu des projets émergents, l’espoir est de mise si les moyens sont mis à disposition. Eclairage.

La transition écologique est l’un des grands enjeux du quinquennat entamé depuis plus d’un an par le Président Emmanuel Macron. Sortir définitivement du charbon ? C’est désormais acté et les dernières centrales vont fermer d’ici 2022. Aujourd’hui, la France s’est fixée quatre objectifs : « Réduire nos émissions de gaz à effet de serre, réduire notre consommation, développer les énergies renouvelables et, simultanément, réduire la part du nucléaire », a déclaré Nicolas Hulot, le ministre de la Transition écologique et solidaire, le 21 juin dernier. L’objectif de 40 % de production d’électricité d’origine renouvelable en 2030 reste la quête absolue.

Un problème à très grande échelle

Comme prévu dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte (TECV), la France a lancé la Programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Le but : définir les priorités et les objectifs d’ici 5 ans et 10 ans. Au cœur de ce débat public qui se termine le 30 juin, le problème de l’intermittence des énergies renouvelables a été soulevé à plusieurs reprises. L’éolien ou le photovoltaïque sont pleinement dépendants des conditions météorologiques et, pour pouvoir alimenter en électricité les foyers durant la période hivernale notamment, il faut maîtriser le stockage de l’électricité. Or, si de grands progrès ont été réalisés à petite, moyenne et grande échelle – on y viendra après –, cette maîtrise n’existe pas encore à très grande échelle… Un exemple pour s’en rendre compte : pour combler la consommation en électricité d’une journée hivernale froide en France, il faudrait stocker près de 1800 GWh. Soit 18 fois la capacité de stockage totale des stations de transfert d’énergie par pompage (STEP) françaises actuelles !

Moyen le plus utilisé dans le monde (et en France) pour stocker l’énergie, les STEP(*) ne peuvent et ne pourront pas stocker de très grands volumes. D’autres solutions existent comme les batteries. Mais leurs coûts restent élevés et leur densité énergétique (le nombre de kWh stockés par kg ou litre) encore insuffisante. Sur le marché, elles restent encore perfectibles…

Enfin, un autre moyen de stockage électrique pourrait s’inscrire à très grande échelle : l’hydrogène. Connu pour être un excellent moyen de créer de l’énergie, il peut être aisément stocké pour être réutilisé plus tard. Le Japon le prouve déjà en transportant et en stockant de l’hydrogène par bateau, camion ou encore via des pipelines. Restent deux problèmes à régler : le coût de production élevé et sa pollution générée.

L’innovation s’invite dans le débat

Ces dernières semaines, les initiatives porteuses d’espoir se multiplient. Et montrent la bonne marche à suivre. Par exemple, EDF a inauguré le 22 juin dernier un projet innovant pour la transition énergétique au Royaume-Uni. Son nom : West Burton B, du nom de la centrale britannique. Il s’agit de l’installation d’un nouveau système de stockage par batterie d’une puissance de 49MW qui va sensiblement améliorer la stabilité et la fréquence du réseau électrique.

Cette inauguration confirme l’ambition d’EDF en matière de développement du stockage de l’électricité, celle de devenir le leader européen du secteur ! En mars 2018, le groupe français a annoncé des chiffres impressionnants dans le cadre de son Plan stockage électrique : 10 GW de nouveaux moyens de stockage seront développés aux quatre coins du globe d’ici à 2035 en plus des 5 GW déjà exploités. Ce programme représente un investissement estimé à 8 milliards d’euros sur la période 2018-2035. « De par leur ampleur, le Plan stockage électrique, comme le Plan solaire, confirment la capacité d’EDF à entraîner tout un écosystème compétitif pour concrétiser notre avenir sans carbone, », a expliqué Jean-Bernard Lévy, Président-Directeur Général d’EDF, dans un communiqué.

En observant d’autres projets en cours à quelques milliers de kilomètres de nos frontières, les solutions durables émergent. Comme à La Réunion où un micro-réseau solaire expérimental au cirque de Mafate fournit en courant trois bâtiments publics même quand le soleil ne brille pas. Le processus est ingénieux : les panneaux solaires produisent de l’électricité, le surplus est ensuite transformé en hydrogène pour un stockage de longue durée, permettant ainsi le développement des énergies renouvelables intermittentes. L’île table sur 50 % de renouvelables dans la production électrique dès 2020 et ambitionne l’autonomie électrique pour 2030.

Du côté de la Guyane, une annonce faite en mai 2018 par la société Hydrogène de France (HDF Energy) montre aussi la voie. La start-up girondine a annoncé la construction prochaine de la plus grande centrale à base d’énergie 100% renouvelable. Elle fournira de l’électricité pour une ville de 10.000 foyers guyanais à un prix compétitif. Comment se fera le stockage estimé à 140 MWh ? À base d’hydrogène et de batteries d’appoint.

Enfin, en France métropolitaine, les microgrids (des micro-réseaux électriques intelligents) ont également le vent en poupe. C’est le cas sur les îles d’Ouessant et de Sein où l’électricité provient des panneaux photovoltaïques, des groupes électrogènes et des batteries. Pour elles, l’objectif de parvenir à une consommation d’énergie 100% renouvelables d’ici 2030 n’est pas une illusion… Pas de doute : l’espoir d’un stockage à grande échelle est de rigueur !

(*) : Il s’agit de barrages hydrauliques stockant l’électricité sous forme d’eau, qui peut être pompée ou relâchée en fonction des besoins.


2018/06/27

Transition énergétique : inscrire les renouvelables dans le paysage pour éviter l'opposition


Source : Actu-Environnement



Transition énergétique : inscrire les renouvelables dans le paysage pour éviter l'opposition

La multiplication de petites installations de production d'électricité renouvelable modifie les paysages. Des collectivités s'emparent du sujet pour encadrer leur déploiement et planifier les zones d'implantation selon leur projet de territoire.

Transition énergétique : inscrire les renouvelables dans le paysage pour éviter l'opposition

Qui dit décentralisation et transition énergétiques, dit également multiplication de petites unités de production. Ici et là fleurissent centrales photovoltaïques et parcs éoliens. Au risque de dénaturer les paysages. Certains projets font déjà l'objet de vives oppositions de la part de riverains. Pour faciliter leur acceptation et les inscrire dans le territoire, certaines collectivités s'emparent de la question et planchent sur la dimension paysagère de la transition énergétique. "Il ne s'agit pas de sacraliser le paysage. C'est utopique de vouloir le mettre sous cloche. Le paysage doit plutôt être un outil pour questionner la manière de mettre en œuvre la transition énergétique", explique Auréline Doreau, chef de projet de la chaire Paysage et Energie, à l'Ecole nationale supérieure de paysage de Versailles.

Le paysage doit plutôt être un outil pour questionner la manière de mettre en œuvre la transition énergétique.

Si, au premier abord, la rencontre entre paysagistes et énergéticiens n'est pas évidente, elle est finalement source de richesse : "Cela suppose de croiser les disciplines, mais aussi de questionner les activités sur le territoire : économie, loisirs, agriculture, mobilité, solidarité entre les territoires… Ce travail ouvre un champ de réflexion beaucoup plus large, au delà de la question initiale de la transition énergétique".

Anticiper l'arrivée des projets renouvelables

Le parc naturel régional des Préalpes d'Azur s'est saisi du sujet à l'occasion de l'installation d'un poste source électrique de 80 MW. Ce projet démultiplie les possibilités d'installer des énergies renouvelables sur ce territoire : environ 200 hectares de centrales photovoltaïques seront raccordables. Cette future infrastructure attire d'ores et déjà les porteurs de projets, au risque de conduire à des spéculations sur les terres, notamment agricoles. Le parc a donc souhaité anticiper, en élaborant des préconisations sur les futures centrales, voire en planifiant leur implantation. "L'idée est d'éviter de miter le territoire comme cela s'est fait avec les zones pavillonnaires. Il était donc nécessaire de prendre le projet très en amont", explique Joris Masafont, étudiant paysagiste chargé de mener la réflexion sur l'intégration paysagère des énergies renouvelables dans le parc. "En règle générale, les collectivités agissent en réaction à l'arrivée d'opérateurs privés. Il n'y a donc pas d'ambition paysagère. Nous souhaitions anticiper, afin d'éviter d'avoir une juxtaposition de centrales qui dénaturent le territoire", justifie Eric Mele, président du parc. D'autant qu'à terme, la capacité du poste source pourrait être triplée.

Des analyses cartographiques et des études de terrain ont permis de mieux connaître le territoire dans un périmètre de 15 km autour du futur poste source. Des critères paysagers, mais aussi des critères techniques, élaborés avec des énergéticiens, ont permis d'établir une grille de lecture du territoire.

Ce travail a permis d'identifier les lieux potentiels d'installation des parcs, en accord avec le projet de territoire. Ainsi, les plaines fertiles devraient être protégées des grands projets. Les zones ayant un intérêt patrimonial, écologique ou agricole ont été exclues d'office. En revanche, les plateaux calcaires, "lieux assez pauvres en termes de biodiversité, assez fermés, pourraient servir à la fois pour le pâturage et l'installation de centrales photovoltaïques", explique Joris Masafont. Et pourquoi pas multiplier les usages sur ces plateaux, en créant des réserves d'eau de pluie ? Au niveau des villages, des serres photovoltaïques pourraient être installées, en continuité de l'urbanisme actuel, pour alimenter les cantines ou les habitants.

Une démarche qui porte ses fruits

Ce travail, qui va être poursuivi, doit permettre au parc de se positionner sur les futurs projets. "L'avis du parc reste consultatif, mais c'est une aide à la décision pour les maires et le Préfet. Il s'agit d'inscrire ce travail d'expertise dans un ensemble d'enjeux", explique Eric Mele.

Le parc naturel régional du Verdon s'est lancé dans cette démarche il y a quelques années. Une charte, adoptée en 2010, définit des principes d'implantation pour les centrales solaires : éviter les terres agricoles, les zones naturelles à enjeux et privilégier le foncier communal afin de garantir l'intérêt général du projet. Les porteurs de projets doivent également présenter une simulation paysagère et privilégier les solutions qui optimisent l'emprise au sol.

Depuis 2007, le parc a émis 23 avis sur des projets photovoltaïques : cinq favorables, quatre avec réserves et 14 défavorables. Huit projets ont finalement été réalisés : quatre avaient reçu un avis favorable, deux un avis défavorable (car implantés sur des terrains privés) et deux des réserves. "Tous les projets sur des paysages emblématiques ont été abandonnés, souligne Dominique Imburgia, chargé de projet Energie du parc. Depuis 2011, il n'y a plus de projets en zone agricole et les deux-tiers sont sur des terrains publics".

Ce travail de longue haleine a permis d'ouvrir les discussions avec les élus et les opérateurs privés. Pour autant, la démarche se confronte parfois à des intérêts économiques : les communes sont tentées de donner leur feu vert à des projets qui dénaturent le paysage, afin de bénéficier de retombées économiques. Difficile de renoncer à une nouvelle manne financière en ces temps de disette budgétaire…

"Demain, avec le développement des intercommunalités, les projets de territoires seront plus facilement réalisables", espère Luc Courtil, chargé de mission Développement du parc. D'autant que l'objectif n'est pas de s'opposer à tous les projets mais de privilégier ceux qui s'inscrivent dans le paysage : "On engage les communes à s'approprier la question et à inverser les démarches, en utilisant les plans locaux d'urbanisme (PLU)", explique-t-il. Par exemple, la commune de Moissac-Bellevue a travaillé à l'élaboration d'un cahier des charges, avec le parc et Energie partagée. Une pré-étude environnementale a été réalisée sur le site identifié et le public a été consulté sur le projet d'implantation d'une centrale photovoltaïque. Ce n'est qu'après ces étapes qu'un opérateur a été retenu par appel d'offres pour mener à bien le projet, qui est encore en cours de montage.

A Manosque, l'hydrogène crée une bulle spéculative sur le foncier

Anticiper et s'approprier les projets, c'est également ce que comptent faire les élus de la communauté d'agglomération de Manosque (Durance-Luberon-Verdon agglomération). Un projet de production d'hydrogène, à partir de photovoltaïque, et de stockage dans les cavités salines du territoire, suscite des inquiétudes. "Ce projet nécessite l'installation de 1.500 hectares de panneaux photovoltaïques. Les opérateurs sont en train de se positionner. Nous devons être très vigilants. Ils proposent des loyers de 8.000 à 10.000€/an/ha aux propriétaires forestiers. Cela crée une bulle spéculative. Or, nous tenons à la carte postale de notre territoire, qui est très touristique", raconte le maire de Manosque, Bernard Jeanmet-Péralta. L'agglomération planche donc, avec le parc du Verdon, sur une cartographie de favorabilité ou d'exclusion des projets, en fonction des enjeux de biodiversité, de paysage, d'agriculture et de pastoralisme. Mais "il faut aller vite", prévient Luc Courtil.


2018/06/13

Création d’un Centre Technique national du Biogaz et de la Méthanisation en France


Source : Bioénergies International



Création d’un Centre Technique national du Biogaz et de la Méthanisation en France

A l’occasion du salon Expobiogaz qui s’est tenu à Strasbourg les 6 et 7 juin 2018, le Club Biogaz de l’ATEE a annoncé le lancement d’un Centre Technique national du Biogaz et de la Méthanisation. Le CTBM animera et coordonnera un réseau pour offrir les moyens techniques et humains de soutien au développement de la méthanisation en France.

Avec un gisement mobilisable en 2030 de l’ordre de 90 TWh d’énergie primaire, la filière méthanisation a un rôle essentiel à jouer dans l’atteinte des objectifs de développement des énergies renouvelables de la France. Cette filière compte déjà plus de 500 installations en France et ce parc devrait tripler pour être en phase avec les ambitions nationales. La dynamique est engagée et elle est d’autant plus positive que les avantages de la production de biogaz (réduction des émissions de gaz à effet de serre, emploi rural, traitement de déchets, retour de nutriments au sol) incluent plus largement la filière dans la transition écologique et solidaire des territoires.

Le CTBM doit aider la filière à renforcer plusieurs aspects :

  • Répondre aux spécificités nationales comme la gestion des matières fibreuses (fumiers, résidus de cultures) ;
  • Conforter les financeurs en identifiant des solutions fiables et rentables ;
  • Conduire une feuille de route industrielle ;
  • Contribuer à la professionnalisation de la filière biogaz appelée de ses vœux par Sébastien Lecornu, Secrétaire d’État auprès du ministre de la Transition écologique et solidaire.

Le CTBM réalisera des études sur des sujets fédérateurs, comme la comparaison des moyens de prétraitement (notamment broyeurs/défibreurs), l’ajout de produits (biomolécules, oligo-éléments) pour l’augmentation des performances de méthanisation, ou encore des retours d’expériences sur la mise en place de cultures intermédiaires, sur l’origine des indisponibilités techniques des unités, sur la valeur des digestats, ou sur l’analyse du cycle de vie des différentes filières biogaz / biométhane.

Selon Michel Spillemaecker, président du Club Biogaz de l’ATEE « la filière biogaz au sens large et plus particulièrement les acteurs de la méthanisation sont à un tournant. Les projets se multiplient et la qualité doit être au rendez-vous à la fois en termes de performances économiques, d’exploitation et de sûreté des installations. Le CTBM va aider les professionnels en synthétisant et diffusant les connaissances, en fédérant l’expertise scientifique, en développant un réseau de formateurs, en évaluant et qualifiant les technologies, etc. ».

Contact : Arnaud DIARA, Chargé de mission, Club Biogaz ATEE – Tel. +33 146 56 41 42


Les énergies renouvelables thermiques, parent pauvre de la politique française


Source : Bioénergies International



Les énergies renouvelables thermiques, parent pauvre de la politique française

Editorial du Bioénergie International n°55 de mai-jun 2018

A Brest, les deux chaufferies, l’une à déchets ménagers et l’autre à bois, couvrent 93% des besoins du chauffage urbain, photo Frédéric Douard

La Cour des comptes de la République française a publié le 18 avril 2018 un rapport sur les dispositifs de soutien public aux énergies renouvelables (EnR). La Cour constate « un décalage persistant au regard des objectifs affichés. Elle note également que, faute d’avoir établi une stratégie claire et des dispositifs de soutien stables et cohérents, le tissu industriel français a peu profité du développement des EnR. […].

La FEDENE1 et AMORCE2 partagent ce constat, tant sur le retard pris sur les objectifs, que sur le niveau des moyens à allouer pour y parvenir. En outre, cette transition ne pourra se faire sans une plus grande stabilité des dispositifs de soutien.

Mieux focaliser le soutien public sur les EnR thermiques

La Cour indique également que « les EnR électriques bénéficient de l’essentiel de ces dépenses publiques avec, en 2016, 4,4 Md€ contre 567 M€ pour les EnR thermiques » pour constater « que « les EnR thermiques reçoivent aujourd’hui l’équivalent d’un dixième du volume de soutien public consacré aux EnR alors qu’elles représentent 60 % de la production nationale […]. Le soutien à ces énergies est d’autant plus nécessaire que leur développement est obéré par des freins importants, en particulier la tendance baissière des prix des énergies fossiles, qui crée un écart de compétitivité que le niveau actuel de la taxe carbone ne parvient pas à compenser ».

La FEDENE et AMORCE partagent totalement ce constat, et soutiennent naturellement la recommandation de la Cour des comptes, sur l’accroissement des moyens du Fonds chaleur pour atteindre les objectifs de développement fixés aux EnR thermiques.

Le Fonds chaleur a démontré son efficacité jusqu’en 2014, date du décrochage du prix des énergies fossiles. Depuis, les moyens sont clairement insuffisants pour rétablir l’équilibre compétitif des solutions EnR thermiques et pour impulser une dynamique de développement des réseaux de chaleur et de froid permettant d’atteindre l’objectif fixé par la loi de transition énergétique, à savoir multiplier par cinq la chaleur renouvelable et de récupération livrée par les réseaux. Un constat qui fait consensus et qui a conduit plusieurs gouvernements à s’engager à doubler son enveloppe.

L’enjeu n’est pas uniquement le doublement du Fonds chaleur, mais la mobilisation à court terme de soutiens suffisants pour lancer de nouveaux projets dont le temps de maturation est de plusieurs années.

Afin de donner à tous les acteurs du secteur les moyens d’accélérer la transition énergétique et de remettre la France sur la trajectoire qu’elle s’est fixée, les collectivités territoriales et les opérateurs de la chaleur renouvelable (rassemblés au sein d’AMORCE et de la FEDENE) réaffirment donc :

  • le besoin de mettre en cohérence les moyens financiers avec les objectifs quantitatifs de la Transition Energétique pour assurer la viabilité économique des projets3 ;
  • le renforcement immédiat du Fonds chaleur et le lancement de nouveaux appels à projets d’énergie thermique renouvelable et de récupération ;
  • la nécessité de partager une vision commune sur les principaux enjeux et un pilotage plus lisible en matière de politiques publiques énergétiques.

Enfin, la FEDENE et AMORCE saluent également les recommandations de la Cour des comptes, de recentrer le Crédit d’impôt pour la transition énergétique (CITE) sur les énergies renouvelables ainsi que de rendre obligatoire, dans la réglementation thermique, l’usage des EnR thermiques dans les bâtiments neufs.

Notes :

  1. AMORCE constitue le premier réseau français d’acteurs locaux d’information, de partage d’expériences et d’accompagnement des décideurs en matière de politiques Energie-Climat des territoires.
  2. La FEDENE, Fédération des Services Energie Environnement, regroupe 500 entreprises de services centrés sur l’efficacité énergétique, la performance des bâtiments, la production et la valorisation de la chaleur et de froid renouvelables et de récupération.
  3. Porter la part des énergies renouvelables à 23 % de la consommation finale brute d’énergie en 2020 et à 32 % de la consommation finale brute d’énergie en 2030.

2018/06/11

Une entreprise norvégienne produit du carburant à partir de plastique recyclé


Source : Enviro2B



Une entreprise norvégienne produit du carburant à partir de plastique recyclé

Une start-up norvégienne transforme les déchets plastiques en carburants et estime que sa production pourrait être multipliée par 100 au cours de la prochaine décennie.

L’entreprise, soutenue par le géant pétrolier Vitol Group, devrait produire environ 350 barils de diesel et d’essence par jour dans son usine au Danemark dès le début 2019, et envisage un potentiel de 30 000 à 40 000 par jour d’ici 10 ans. Quantafuel a fait le pari de fabriquer du carburant à partir de plastique – un produit pétrolier – et ainsi aider à atténuer le problème environnemental croissant de la pollution plastique.

Le monde produit plus de 300 millions de tonnes de plastique chaque année, dont la moitié devient presque instantanément un déchet, selon la Plastic Oceans Foundation. Avec la prise de conscience mondiale que constitue la menace écologique du plastique, il était temps pour Quantafuel de déployer son savoir-faire.

70% du plastique transformé en diesel

« Notre objectif est de devenir une société pétrolière pertinente qui n’a pas quatre plates-formes dans la mer du Nord », a déclaré le PDG Kjetil Bohn dans une interview la semaine dernière.

Après l’annonce d’un partenariat stratégique avec Vitol en avril conclu à hauteur de 150 millions de couronnes danoise (20 millions d’euros), la société a vu sa valorisation grimper à près de 500 millions de couronnes.

Les actions de Quantafuel commenceront à être négociées sur le marché norvégien de gré à gré à la fin du mois de juin, et la société prévoit d’être cotée à la bourse d’Oslo d’ici mi 2019.

Pendant ce temps, Quantafuel se concentre la nécessité de prouver que sa technologie – l’une parmi plusieurs autres en cours d’utilisation ou de développement dans le monde entier – peut supporter une telle production.

Le plastique est chauffé à environ 450 degrés, 1 tonne de déchets produisant environ 900 kilogrammes de carburant. Environ 70% sont transformés en diesel, 15% en essence et moins de 5% en pétrole lourd, tandis que le reste constitue le gaz réutilisé dans le processus de chauffage.

Bien que l’usine aura besoin d’énergie supplémentaire et de gaz naturel liquéfié dans la phase de démarrage, elle produira à terme davantage d’énergie qu’elle n’en utilise, selon l’entreprise.

Fabrication d’un produit premium

Même si le diesel de Quantafuel émet à peu près la même quantité de carbone que les autres diesels lorsqu’il est brûlé dans un moteur de voiture, les émissions sont réduites de 90% pendant la fabrication, le classant comme carburant à faible teneur en carbone. Cela permet à l’entreprise et à Vitol, son distributeur exclusif, de le vendre en tant que carburant premium.

Les marges sont en outre stimulées par le faible coût des matières premières : alors que l’entreprise achètera une partie du plastique qu’elle utilise, elle est payée pour récupérer le reste.

« Nous créons un lien entre deux marchés qui ne sont pas connectés aujourd’hui. Sur l’un de ces marchés, vous êtes surtout payé pour recevoir des déchets », a déclaré Kjetil Bohn. « Cela donne un très bon retour sur investissement. »

L’entreprise utilise du plastique qui n’est pas actuellement recyclé. Près de 70% de tous les déchets plastiques collectés en Europe finissent dans les décharges ou sont incinérés pour la production d’énergie, selon PlasticsEurope, un groupe de producteurs. « Faire du diesel est un moyen beaucoup plus efficace de produire de l’énergie que la combustion du plastique pour se chauffer », a déclaré Kjetil Bohn.

Quantafuel prévoit de construire une deuxième usine en Norvège l’année prochaine avec la même capacité, à savoir 60 tonnes de déchets par jour. Si la production initiale au Danemark se déroule comme prévu, Vitol et Quantafuel se partageront ensuite le financement d’une installation pouvant traiter 300 à 500 tonnes à Anvers, en Belgique. Cette dernière pourrait être en marche d’ici fin 2020. Coût estimé : 63 millions d’euros.

D’ici là, l’objectif de Quantafuel est d’atteindre un taux de croissance de 60 tonnes de capacité journalière.


2018/06/08

Comment la start-up américaine NET Power capture le gaz carbonique pour le valoriser en énergie


Source : Usine Nouvelle



Comment la start-up américaine NET Power capture le gaz carbonique pour le valoriser en énergie

Générer de l’électricité “low-cost” avec zéro émission atmosphérique devrait bientôt être possible. L'américain NET Power vient de démontrer, dans le démonstrateur implémenté dans sa centrale du Texas, l’efficacité de son procédé insolite qui convertit le dioxyde de carbone en énergie, raconte le MIT Technology Review.

Comment la start-up américaine NET Power capture le gaz carbonique pour le valoriser en énergie

NET Power a annoncé la réussite du test du démonstrateur de sa centrale de Houston (Etats-Unis), mercredi 30 mai.

La start-up américaine NET Power développe une technologie permettant de convertir le dioxyde de carbone rejeté par les centrales électriques à gaz naturel en énergie électrique. Elle a annoncé le 30 mai le premier test réussi de son démonstrateur. La centrale, située à proximité d'Houston, au Texas, bénéficie d’un financement de 140 millions de dollars, précise le MIT Technology Review.

Elle emploie une technologie innovante baptisée "Allam Cycle technology”, suivie de près par la communauté des chercheurs en énergie. Son principe, récupérer le CO2 issu de la combustion du gaz pour le convertir, sous pression et chaleur, en liquide qui fera tourner les turbines.

Sa particularité est de réaliser l'opération dans de l'oxygène pur, alors que les autres centrales le font dans de l'air qui contient aussi de l'azote. Pour l'instant, cette technologie est encore au stade du prototype. En exploitation, l’excès de gaz sera récupéré, transporté et vendu. Le procédé répond au besoin de valoriser le dioxyde de carbone à moindre coût. 

Alors que les systèmes de capture traditionnels sont complexes et onéreux, la technologie de NET Power - fruit d’une collaboration entre Exelon Generation, McDermott, et 8 Rivers Capital - pourrait concurrencer les éoliennes et les panneaux photovoltaïques. Le résultat serait une source d’énergie propre, bon marché, et disponible à la demande.

Selon le communiqué de presse de NET Power, Toshiba a fourni le générateur de 50 méga-watts utilisé par le démonstrateur. La start-up souhaite en associer plusieurs pour atteindre une capacité de 300 méga-watts pour la centrale. Le lancement commercial est prévu pour 2021.

 

2018/06/06

Comment la déforestation et les problèmes de l’industrie du bois peuvent être combattus par la blockchain


Source : Enviro2B



Comment la déforestation et les problèmes de l’industrie du bois peuvent être combattus par la blockchain

Environ 30% de la masse continentale mondiale est couverte de forêts. Si les forêts tropicales du monde continuent d’être détruites à ce rythme, elles disparaîtront entièrement dans les 100 prochaines années.

La population mondiale a besoin d’une solution qui empêche les mauvais acteurs de s’engager dans le commerce illicite et de profiter de la déforestation – et la blockchain pourrait y participer.

Le commerce illégal favorise la disparition de communautés

L’abattage illégal de bois représente plusieurs milliards de dollars chaque année, qui fait baisser le prix du bois et génère des recettes criminelles de 10 à 15 milliards de dollars par an. Le terme « exploitation illégale » couvre une grande variété de transgressions, y compris l’exploitation forestière d’espèces protégées, l’exploitation forestière dans des zones protégées et l’exploitation forestière avec des faux permis ou obtenus illégalement.

Les habitats qui se sont développés sur ces territoires au cours des millénaires sont régulièrement dévastés. Et une fois détruits, il est incroyablement difficile, voire impossible, de les ramener à leur état antérieur.

Les forêts tropicales agissent également comme les poumons de la planète, absorbant le dioxyde de carbone et remplissant l’air d’oxygène.

Ce ne sont pas seulement les animaux qui perdent leurs habitats par l’exploitation et le commerce illicites. Certaines communautés sont rayées de la carte pour favoriser la course au profit. La déforestation empêche par ailleurs les arbres d’absorber les eaux de pluies, empêchant les inondations, de retenir des tonnes de terre avec leurs racines et de prévenir l’érosion. L’érosion massive du sol et les inondations menacent les plus petites plantes, les animaux et les êtres humains.

La blockchain peut résoudre certains de ces problèmes.

Bien que les problèmes de déforestation soient complexes à traiter, la blockchain pourrait constituer une solution. La technologie peut être utilisée pour fournir des enregistrements plus précis, augmenter la transparence dans les chaînes d’approvisionnement du bois et encourager de meilleurs comportements de la part des acteurs de l’industrie forestière.

D’une part, une blockchain est un outil utile quand il s’agit d’enregistrer et de protéger les registres fonciers et la documentation. Alors que la préservation des terres protégées doit encore être appliquée sur le terrain par les gouvernements, la blockchain offre un moyen de s’assurer que les documents liés à cette application sont inaltérables.

De même, les registres fonciers basés sur la blockchain peuvent offrir un certain niveau de protection aux communautés et aux propriétaires fonciers dont les terres peuvent être convoitées par des exploitants forestiers illégaux.

D’autre part, la blockchain améliore également grandement la visibilité dans la chaîne d’approvisionnement du bois. Les scellements cryptographiques peuvent être appliqués au bois lui-même ou à des envois individuels, fournissant une chaîne de traçabilité à partir du moment scellement jusqu’au moment où le bois arrive à sa destination finale. Les résultats des tests d’ADN du bois peuvent être enregistrés et suivis sur une blockchain pour informer les consommateurs qu’ils ont été produits d’une manière éthique.

Des scanners portables sont disponibles pour lire le grain des bois et identifier l’espèce d’arbre. L’enregistrement de ces informations sur la blockchain aiderait à identifier quand et où les bois illégaux entrent dans la chaîne d’approvisionnement. Si une expédition de bois ne provient pas d’une source fiable, elle sera signalée immédiatement.

En extrayant du bois illégal de chaînes d’approvisionnement réputées, on réduira considérablement les effets de la déforestation et de l’exploitation illégale des forêts en asséchant la demande pour ces bois.

Enfin, la blockchain fonctionne comme outil d’éducation. Il augmente la transparence et la visibilité dans les zones autrefois opaques. Il peut fournir un aperçu de l’endroit et de la manière dont les problèmes se produisent dans les chaînes d’approvisionnement. Mais il ne peut malheureusement pas résoudre les problèmes.

Les solutions aux problèmes environnementaux mondiaux impliqueront la création de nombreux outils et le travail de multiples organisations autour de ces sujets. Résoudre la crise de la déforestation va prendre du temps, mais cela pourrait être accompli plus rapidement avec l’aide de la blockchain.


2018/06/05

Renouée du Japon : viser une gestion différenciée avec des objectifs adaptés et réalistes


Source : Actu-Environnement



Renouée du Japon : viser une gestion différenciée avec des objectifs adaptés et réalistes

Le projet Dynarp s'est intéressé à la dynamique paysagère de la Renouée du Japon sur trois types d'infrastructures de transports : les voies routières, ferrées et navigables. Présentation par André Evette, chercheur à l'Irstea.

Actu-environnement.com : La Renouée du Japon figure parmi les plantes les plus préoccupantes pour son caractère invasif en Europe. Vos travaux montrent qu'elle adopte un comportement différent en fonction des infrastructures, routes, voies ferrées, rivières, etc. Pouvez-vous me le préciser ?

André Evette : La Renouée du Japon fait des rhizomes en quantité énorme. Avec les feuilles, les tiges, nous ne voyons que la partie émergée de l'iceberg, la majorité de la biomasse est sous terre. Ce sont des plantes clonales : elles sont connectées et fonctionnent en groupe. En surface, cela fait une tache dont nous voyons bien les contours.

Nous avons remarqué que la distance séparant les taches de Renouées des infrastructures est significativement plus faible dans le cas des voies navigables comparée aux autres infrastructures, cela s'expliquant vraisemblablement par la présence d'un facteur de dissémination complémentaire sur ces milieux : les crues.

Lire la suite


2018/06/04

Broyage de déchets végétaux : de nouvelles prescriptions applicables


Source : Actu-Environnement



Broyage de déchets végétaux : de nouvelles prescriptions applicables

Broyage de déchets végétaux : de nouvelles prescriptions applicables

Un arrêté ministériel, publié au Journal officiel du 3 juin, fixe les prescriptions générales applicables aux installations de broyage de déchets végétaux non dangereux relevant du régime de la déclaration au titre de la rubrique 2794 de la nomenclature des installations classées (ICPE).

Curieusement, cet arrêté est publié avant la parution du décret qui doit créer cette rubrique.

Suite à une modification apportée sur ce projet de décret par le Conseil supérieur de la prévention des risques...


2018/06/01

« Le plus gros stockage d’énergie renouvelable au monde » en Guyane


Source : Enerzine.com



« Le plus gros stockage d’énergie renouvelable au monde » en Guyane

Une première mondiale : la plus grande centrale à base d’énergie 100% renouvelable fournira une électricité stable jour et nuit pour plus de 10 000 foyers en Guyane à un prix compétitif.

La société Hydrogène de France (HDF Energy) a annoncé le lancement d’une première dans l’histoire de l’énergie renouvelable avec le projet CEOG, la […]


2018/05/30

Etude territoriale de connaissance des potentiels de récupération de chaleur sur son territoire


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



Etude territoriale de connaissance des potentiels de récupération de chaleur sur son territoire

Quelles sont les sources de chaleur fatale (usines d’incinération des déchets, datacenters, réseaux d’assainissement, stations d’épuration, chaleur des industries, blanchisseries, etc.) sur mon territoire ?

Comment évaluer leurs caractéristiques techniques et économiques selon les filières ?

Comment les valoriser sur site et sur mon territoire ?

Les réponses dans le guide intitulé « Etude territoriale de connaissance des potentiels de récupération de chaleur sur son territoire » de la FNCCR et l’ADEME.

Pour en savoir plus

cahier_des_charges_etude_territoriale_chaleur_fatale_fnccr_v4.PNG

Introduire des algues dans l’alimentation des vaches réduit de 99% les émissions de gaz à effet de serre de leurs éructions


Source : Enviro2B



Introduire des algues dans l’alimentation des vaches réduit de 99% les émissions de gaz à effet de serre de leurs éructions

Des recherches préliminaires ont indiqué qu’une petite quantité d’algues marines ajoutée à la nourriture pour bovins peut réduire jusqu’à 99% les émissions de méthane provenant des microbes intestinaux du bétail.

Les scientifiques de l’Université de Californie espèrent aider les agriculteurs à atteindre de nouvelles cibles strictes en matière d’émissions grâce aux premiers tests opérés sur l’alimentation des vaches laitières vivantes.

Le projet du Professeur Kebreab est le premier au monde à tester des algues sur des vaches laitières vivantes

Bien que leurs premiers résultats ne soient pas encore connus, le professeur Ermias Kebreab, professeur à l’Université de Californie, a déclaré que leurs premières expériences étaient « très surprenantes et prometteuses ».

Ainsi, lors de tests en laboratoire l’an dernier, des chercheurs australiens ont constaté que seulement 2% d’algues dans les aliments pour bovins pouvaient réduire les émissions de méthane de 99%. Les algues inhibent apparemment une enzyme qui contribue à la production de méthane.

« Les résultats ne sont pas définitifs, mais jusqu’à présent, nous constatons des réductions d’émissions substantielles », a-t-il déclaré.

« Cela pourrait aider les producteurs laitiers californiens à se conformer aux nouvelles normes d’émissions de méthane et à produire durablement les produits laitiers dont nous avons besoin pour nourrir le monde » ajoute-t-il.

Une question de digestion

Les vaches et autres animaux « ruminants », comme les chèvres et les moutons, éructent continuellement tout au long de la journée alors qu’ils digèrent la nourriture dans leur rumen, la première des quatre sections de leur estomac. Le rumen abrite des millions de microbes qui aident à fermenter et décomposer les aliments riches en fibres comme l’herbe et le foin. Cette fermentation produit des gaz qui se combinent pour former du méthane, un gaz piégeant la chaleur particulièrement puissant.

Ce processus permet aux animaux de survivre avec un régime d’herbe, mais il produit également de grandes quantités de méthane – un gaz responsable d’environ un quart du réchauffement climatique anthropique.

Les bovins éructent constamment et rejettent le méthane produit dans leur estomac. Le gaz peut également être expulsé par l’autre extrémité de l’animal et être présent dans le fumier, mais dans une moindre mesure.

L’agriculture est un contributeur majeur aux émissions de gaz à effet de serre, et environ un tiers des émissions du secteur proviendrait du méthane des bovins.

Afin de tenter d’enrayer cette situation, la Californie a adopté des règlements exigeant que les producteurs laitiers réduisent de 40% les émissions de méthane de leurs 1,7 million de vaches au cours de la prochaine décennie.

Atteindre cet objectif exigera des solutions radicales, et le professeur Kebreab pense que les algues pourraient être l’une de ces solutions.

« Puisque la plupart des émissions de méthane d’une laiterie proviennent de l’animal lui-même, la nutrition peut jouer un grand rôle dans la recherche de solutions », a-t-il expliqué.

« Les chiffres que nous voyons sont incroyables – bien au-delà de la cible que les agriculteurs ont besoin d’atteindre. »

Les algues, une solution viable sur le long terme ?

Dans les étables de l’université, le professeur Kebreab et son équipe ont testé un régime d’algues sur 12 vaches laitières Holstein et ont l’intention d’élargir leurs expériences pour inclure plus de bétail cet été.

La quantité de méthane produite est mesurée grâce à un appareil quatre fois par jour. Ce dernier vérifie opère au moment où les vaches mangent.

Le travail s’appuie sur les premières études réalisées en 2015 par une équipe de chercheurs australiens qui ont indiqué qu’une petite quantité d’algues a pratiquement éliminé les émissions de méthane provenant des microbes intestinaux des vaches en laboratoire.

Un composé trouvé dans certaines algues perturbe les enzymes utilisées par les microbes pour produire du méthane

Les résultats ont été si spectaculaires que les scientifiques ont pensé que leurs instruments devaient être cassés et ont décidé de recommencer les tests pour confirmer que la chute de 99% était réelle.

« Nous avons encore beaucoup de recherches à faire pour déterminer si les suppléments d’algues pourraient fournir une solution viable à long terme », a déclaré le professeur Kebreab. « Mais nous sommes très encouragés par ces premiers résultats ».


CertiMétha, une plateforme made in France pour doper le secteur de la méthanisation


Source : Usine Nouvelle



CertiMétha, une plateforme made in France pour doper le secteur de la méthanisation

D'ici 2019, la plateforme CertiMétha devrait être lancée. Objectif, permettre aux entreprises du secteur de la méthanisation de tester leurs innovations autour d'une unité de production opérationnelle dans l'Aube. Et parvenir à 30 % de gaz vert dans le réseau français d’ici 2030. La filière de la […]


2018/05/25

Global Bioenergies annonce le lancement du projet européen Rewofuel


Source : Info Chimie



Global Bioenergies annonce le lancement du projet européen Rewofuel

La société de biotechnologie industrielle Global Bioenergies a annoncé le démarrage d'un projet européen de trois ans dénommé Rewofuel.

Il vise à convertir des résidus forestiers de bois tendre en isobutène renouvelable puis en essence et en kérosène.

Ce programme est porté par un consortium constitué de 11 membres : Global Bioenergies (coordinateur), Sekab, Graanul Invest, Neste Engineering Solutions, Repsol, Peab Asfalt, SkyNRG, Ajinomoto Eurolysine, IPSB, TechnipFMC et l'université de Linz. Le budget total du projet se chiffre à 19,7 millions d'euros. Une […]

Lire l'article

 


La méthanisation, enjeu pour les jeunes agriculteurs du Nord et du Pas-de-Calais


Source : Bioénergies International



La méthanisation, enjeu pour les jeunes agriculteurs du Nord et du Pas-de-Calais

Vidéo de reportages et témoignages, réalisée par la Chambre d’Agriculture du Nord-Pas de Calais et financée par l’Ademe Hauts-de-France, et qui a pour ambition d’expliquer de façon simple ce qu’est une unité de méthanisation agricole et de répondre aux diverses interrogations qu’un projet peut susciter (risque d’odeur, trafic, risque d’explosion…) aux travers de témoignages (exploitants, maire…).

Retrouvez les témoignages de :

  • Pierre Pollet de Biogaz Pévèle à Wannehain
  • Jonathan Bulion de Bulion Méthanisation à Bruille-Saint-Amand
  • Sylvie Roland, maire de Thiembronne
  • et Jean-Bernard Bayard, président de la Chambre d’Agriculture Nord-Pas-de-Calais

Voir aussi les reportages sur les unités de méthanisation agricole du Nord-Pas-de-Calais :


2018/05/19

La blockchain pour doper la finance verte


Source : Usine Nouvelle



La blockchain pour doper la finance verte

Les obligations vertes permettent de financer les projets en faveur de la transition énergétique. Leur cycle de vie est toutefois ponctué de nombreuses étapes impliquant l'intervention de multiples acteurs. Pour fluidifier les échanges, réduire les délais et les coûts d'émissions et favoriser l'émergence d'un marché secondaire, l'IRT SystemX et la Caisse des Dépôts planchent sur une plate-forme basée sur une blockchain de consortium. Présentation.

Les green bonds ou obligations vertes permettent aux entreprises et aux entités publiques de financer leurs projets environnementaux, plus particulièrement les investissements en infrastructures.

Mobilité, assurance, énergie… Les domaines d'application possibles de la blockchain sont de plus en plus nombreux. Lors d'une matinée dédiée à ce protocole distribué, l'institut de recherche technologique (IRT) SystemX a présenté ses derniers travaux en la matière. Parmi eux, un démonstrateur sur la finance verte élaboré en partenariat avec la Caisse des dépôts, particulièrement active sur le sujet (lire notre article : La Caisse des Dépôts investit tous azimuts dans la blockchain).

Les deux parties ont imaginé une plate-forme distribuée pour soutenir le développement des obligations vertes (les green bonds en anglais). "Il s'agit d'emprunts émis par une entreprise ou un acteur public dont le but est de financer uniquement des projets de transition énergétique. Une entreprise peut ainsi émettre des obligations vertes auprès d'investisseurs pour financer le développement d'un parc éolien par exemple. Aujourd'hui, ce sont principalement les grands groupes ou les collectivités territoriales qui émettent ces titres sur le marché", explique Nicolas Heulot, ingénieur recherche à l'IRT SystemX.

UN MARCHÉ PEU AUTOMATISÉ

Une obligation verte se distingue donc d'une obligation classique par un reporting détaillé sur les investissements qu'elle finance et le caractère vert des projets financés. Cette particularité implique l'intervention de nombreux acteurs et intermédiaires tout au long de la chaîne d'émission. L'entité qui souhaite émettre des green bonds, comme la Caisse des Dépôts, doit ainsi rédiger un prospectus pour détailler le projet qu'elle souhaite financer. Elle doit ensuite faire appel à un organisme certificateur chargé d'évaluer la qualité "verte" de ces émissions. Le certificateur publie une note, qui doit être validée par l'entité émettrice, et fournit un document la justifiant. La dernière étape consiste à allouer les titres auprès d'investisseurs. C'est un broker qui s'en charge.

Conséquence de ces procédés fastidieux : le marché reste très peu digitalisé et automatisé. "Nous estimons que la blockchain peut fluidifier les échanges en mettant en relation directe les émetteurs et les investisseurs au travers d'une plate-forme virtuelle. En optimisant les process métier, il est possible de réduire les délais et donc les coûts d'émissions", expose Nicolas Heulot.

LA BLOCKCHAIN POUR FLUIDIFIER LES ÉCHANGES

Le démonstrateur repose sur une blockchain de consortium basée sur la technologie Parity sur laquelle des smart contracts permettent de définir les règles des processus et d'établir le système de gouvernance. "La blockchain permet ainsi de tracer toutes les étapes du cycle de vie des émissions", commente l'ingénieur. Cette transparence et ce point d'entrée unique visent également à faciliter les transferts de propriété sur ces titres et donc à favoriser l'émergence d'un marché secondaire, encore très peu existant aujourd'hui.

Aujourd'hui, certains écueils doivent encore être surmontés avant de pouvoir mener des expérimentations sur le marché. Les équipes de l'IRT cherchent notamment à introduire une dose de confidentialité par des techniques de chiffrement pour que les détails de certains échanges ne soient visibles que des parties prenantes et du régulateur, comme la proposition d'achat formulée par un investisseur. "Notre objectif est de lever ces verrous technologiques pour pouvoir proposer une solution qui puisse être mise en production", avance l'ingénieur.


2018/05/18

La méthanisation en 10 questions


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



La méthanisation en 10 questions

La méthanisation permet de produire un biogaz issu de la fermentation des déchets, des effluents d'élevages, des résidus de cultures...

Ce gaz est utilisé pour produire de la chaleur, de l'électricité et pour faire fonctionner des véhicules. Cette technologie contribue à réduire la dépendance... 

methanisation-10-questions-010587.png

2018/05/16

Responsabilité des installations subventionnées dans le cadre du fonds chaleur et référentiels pour l'élaboration d'un bilan combustible biomasse


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



Responsabilité des installations subventionnées dans le cadre du fonds chaleur et référentiels pour l'élaboration d'un bilan combustible biomasse

Responsabilité des installations subventionnées dans le cadre du Fonds chaleur et de leurs fournisseurs.

referentiel_combustibles.pdf (PDF — 711.56 Ko — 16/05/2018)


2018/05/11

Lutte contre les renouées invasives et valorisation par méthanisation


Source : Bioénergies International



Lutte contre les renouées invasives et valorisation par méthanisation

Article paru dans le Bioénergie International n°52 de novembre-décembre 2017

Récolte de rénouée asiatique avec une épareuse et aspirateur sur un VSV Noremat, photo Noremat

L’homme favorise, depuis longtemps, volontairement ou non, l’importation d’espèces végétales exotiques. Certaines d’entre elles s’intègrent très progressivement à la flore locale et contribuent ainsi à la biodiversité des milieux et sont qualifiées d’espèces naturalisées. D’autres par contre deviennent envahissantes quand leur rapide prolifération dans les milieux naturels conduit à des changements significatifs de composition, de structure et de fonctionnement des écosystèmes, on parle alors d’espèces invasives. Les 4 et 5 octobre 2017, le SPIGEst, groupe de travail Synergie plantes invasives Grand Est, accueillait à Laxou près de Nancy plus d’une centaine de personnes lors de son deuxième colloque national sur la gestion des renouées asiatiques invasives. Le SPIGEST est composé sous une forme associative de deux collectivités locales : les villes de Laxou et de Vandœuvre-lès-Nancy (Meurthe-et-Moselle), de l’École Nationale Supérieure d’Agronomie et des Industries alimentaires (ENSAIA, Université de Lorraine), des associations des botanistes lorrains Floraine et des amis de la Chèvre de Lorraine, ainsi que de l’entreprise NOREMAT.

Ayant développé une véritable stratégie de compétition envers les autres espèces locales, les renouées asiatiques, plantes herbacées vivaces originaires de l’Extrême-Orient, sont invasives et constituent de véritables fléaux pour la biodiversité. Les renouées asiatiques se rencontrent en France et en Europe le long des cours d’eau via une dispersion par les akènes (fruit sec à graine unique) ou des morceaux de rhizomes. Ces plantes colonisent également les milieux ouverts dégradés comme les friches industrielles, routières ou ferroviaires, les zones de dépotage et de stockage de terre, par ailleurs leur présence sur les bords de route commence à poser d’importants problèmes de visibilité, impactant la sécurité des usagers.

Deuxième colloque national du SPIGEst les 4 et 5 octobre 201è à Laxou, photo Noremat

Leurs dimensions hors normes, leurs capacités extraordinaires de dissémination et de développement sont ainsi préoccupantes pour les gestionnaires d’infrastructures et les propriétaires de sites envahis. Les enjeux sont aussi économiques puisque l’espèce impacte les infrastructures, le bâtiment et les cultures agricoles. Le ministère français de l’écologie chiffrait à 38 millions d’euros en 2015 les frais de lutte engagés contre les espèces invasives.

Le fauchage, principale méthode d’épuisement des renouées, Bruno Chanudet, NOREMAT

Concrètement, les techniques envisagées doivent épuiser les réserves rhizomiales des renouées, afin de favoriser le retour à un équilibre écologique. Pour ce faire, les équipes de SPIGEst se sont inspirées des actions de lutte menées un peu partout en France, les ont adaptées et ont mesuré leurs effets : arrachage des rhizomes, pâturage, compétition écologique, bâchage et fauchage.

Le fauchage est la pratique la plus courante et des opérateurs de l’entretien des routes ont témoigné à Laxou des contraintes spécifiques à leur territoire. Pour eux, la gestion des renouées asiatiques est primordiale pour en limiter l’impact sur la sécurité routière (visibilité, accès, etc.) et sur les infrastructures.

Récolte de renouée asiatique sur accotement routier avec une épareuse et aspirateur sur un VSV, photo Noremat

65 % des gestionnaires interrogés déclarent utiliser cette méthode, seule ou combinée à d’autres. Des expérimentations de fauchage répété, broyage et collecte des tiges en vue de leur valorisation ont alors été conduites par les membres de SPIGEst, de quoi livrer des résultats précis.

Des massifs maîtrisés : les effets d’un fauchage fréquent, toutes les 5 ou 10 semaines, sont visibles dès la première année. Si, dans un premier temps, la plante réagit au stress en multipliant le nombre de ses tiges (entre 1,2 et 2 fois plus nombreuses que le témoin), leur hauteur et leur diamètre sont ensuite rapidement divisés par deux. À partir de la deuxième année, la densité de tiges réduit drastiquement, traduisant une perte de vivacité. Moins hauts et moins denses, ces massifs sont plus faciles à entretenir.

Invasion d’un accotement routier par une renouée asiatique, photo Noremat

Les opérations de gestion peuvent être menées avec du matériel de fauche traditionnel. Le fauchage répété, avec broyage et collecte limite fortement les nuisances des massifs de renouée qui, de taille inférieure, posent moins de problèmes de visibilité routière, d’accès pour la surveillance, etc.

Une plante affaiblie : au niveau du sol, les tiges sont plus éparses, donc l’accaparement des ressources et les effets allélopathiques (qualifie un végétal, qui inhibe la croissance d’autres organismes en sécrétant des substances chimiques nocives ou toxiques) de la renouée vis-à-vis des autres espèces sont moindres.

Fauche et récolte de renouée asiatique avec une épareuse et aspirateur sur un VSV, photo Noremat

La régularité du fauchage empêche également la production des graines et contraint la renouée à puiser dans ses ressources, sans lui laisser l’opportunité de les reconstituer. Le SPIGEst a quantifié l’affaiblissement de ces ressources en mesurant la teneur en amidon des rhizomes des plantes fauchées. Les quantités y sont deux fois inférieures suite à trois ans de fauche, par rapport aux rhizomes du massif témoin.

Restauration : la régression de la plante permet d’envisager l’implantation d’un couvert végétal compétitif adapté au milieu, afin de recoloniser l’espace. Sur les parcelles d’expérimentation, le semis d’espèces prairiales a été réalisé avec succès lors de la troisième saison de fauchage.

Des risques de dispersion maîtrisés : les travaux ont aussi porté sur les risques de dispersion des fragments de rhizomes, de tiges et de graines lors des opérations de gestion. D’une part, le fauchage régulier empêche la plante de monter en fleurs et de disperser ses graines. D’autre part, le broyage fin opéré lors du fauchage évite tout bouturage des tiges. Enfin, il est impératif de nettoyer les outils de coupe avant le transport pour éviter de disséminer la renouée le long des routes.

La valorisation, Yves Le Roux de l’ENSAIA

Les points de vue opérationnels et scientifiques ont permis d’appréhender les conditions de mise en œuvre des différentes techniques et leur efficacité. Les travaux sur la valorisation des résidus de renouées ont prouvé qu’il est possible de les valoriser (en compostage industriel ou en méthanisation) plutôt que de les éliminer, le tout sans risquer de disséminer la plante.

Suite au fauchage et à la collecte, la valorisation des résidus de la gestion des renouées s’est posée alors que de nombreuses préconisations indiquent une élimination pure et simple. Pourtant, la renouée est capable de générer une quantité importante de biomasse à chaque opération de fauchage (plus de 5 tonnes par hectare), ce qui rend très coûteuse son élimination via les filières déchets.

Plateforme de recherche sur la méthanisation de l’ENSAIA à Vandoeuvre-lès-Nancy

Dès 2014, le SPIGEst a cherché à investiguer les voies de valorisation, garantissant la sécurité des débouchés. D’après les travaux présentés par la société Agrivalor au premier colloque national SPIGEst en juin 2015, le compostage industriel assure une élimination efficace de la plante. En 2016, le SPIGEst a mené des expérimentations de méthanisation, afin de transformer la renouée en biogaz et en amendement.

Les analyses ont révélé le potentiel méthanogène du broyat de tiges de renouées : environ 40 Nm³ de méthane par tonne de matière brute. Si la renouée produit trois fois moins de biogaz que le maïs, c’est tout de même un potentiel non négligeable pour une biomasse réduite à un déchet. En revanche, le digestat est riche en carbone non dégradé et en retournant dans les champs, il devient un atout pour les sols agricoles.

Comparaison du pouvoir méthanogène de différents substrats, source ENSAIA.

Les tests ont aussi montré l’intérêt de pré-traiter la renouée, comme pour les autres plantes ligno-cellulosiques, pour en améliorer la digestibilité et la production de gaz. Un test d’ensilage a par ailleurs montré la faisabilité du stockage de longue durée, pour la gestion de la saisonnalité.

Les expérimentations ont enfin montré que la méthanisation stérilise les akènes fertiles et les rhizomes : après 15 jours dans le digestat, ils ne sont plus en mesure de germer, de quoi rassurer les gestionnaires et les sites de valorisation !

Conclusions

Les différentes interventions ont retranscrit la complexité des milieux rencontrés et la diversité des acteurs concernés. Les bonnes pratiques ne sont pas toujours connues et l’évaluation des travaux déjà réalisés manque.

L’invasion par la Renoué du Japon n’est pas une fatalité, photo Noremat

Pourtant, ces résultats pourraient éclairer les gestionnaires dans leurs choix, en matière de faisabilité technique, de temps et d’investissement, mais aussi rassurer les financeurs publics. Du côté des collectivités, l’inquiétude est en effet bien réelle : sans idée de coût ni d’actions concrètes à engager, la rédaction d’un cahier des charges de marché public s’avère difficile. Cependant, en tant qu’élue ayant pris à bras le corps la gestion des invasives, Laurence Wieser, maire de Laxou, peut affirmer que les difficultés ne sont pas insurmontables. Des solutions peuvent être trouvées, avec les professionnels présents sur le terrain. Ce fut le cas dès 2012 pour la commune de Laxou, co-fondatrice de l’aventure SPIGEst.

Une suite à ces rencontres est envisagée et le SPIGEst travaille en parallèle sur la méthanisation d’autres espèces exotiques envahissantes comme l’Ambroisie, les Séneçons et la Berce du Caucase…

En savoir plus sur spigestinvasives.com et retrouvez notamment l’étude réalisée par l’ENSAIA en 2014-2015 sur la méthanisation des renouées asiatiques.

Contact :


2018/05/03

Les opérateurs de réseaux d'énergie lancent un service d'open data de données énergétiques


Source : Actu-Environnement



Les opérateurs de réseaux d'énergie lancent un service d'open data de données énergétiques

Les opérateurs de réseaux d'énergie lancent un service d'open data de données énergétiques

L'agence des Opérateurs de réseaux d'électricité (ORE), présente son premier service d'open data portant sur les données de consommation d'électricité et de gaz.

ORE est l'association qui regroupe l'ensemble des acteurs français de la distribution d'électricité et de gaz. Le jeu de données qu'elle met en place "permet de visualiser les consommations annuelles d'électricité et de gaz à différentes mailles géographiques sur l'ensemble du territoire français (...) et sur plusieurs années,...

Portail Open Data de l'Agence ORE


2018/04/24

Energies renouvelables : un tarif d'achat spécifique aux installations agricoles collectives ?


Source : Actu-Environnement



Energies renouvelables : un tarif d'achat spécifique aux installations agricoles collectives ?

Lors de l'examen du projet de loi sur l'agriculture, les députés de la commission des Affaires économiques ont adopté un amendement visant à mettre en place "un prix de rachat différentiel de l'électricité produite par méthanisation ou photovoltaïque lorsque les installations sont le fruit d'une démarche collective".

Cette mesure a été adoptée avec l'avis favorable du ministre de l'Agriculture Stéphane Travert.


Atlas 2018 de 1408 sites de production et transformation de biogaz, dont séchoirs


Source : Bioénergies International



Atlas 2018 de 1408 sites de production et transformation de biogaz, dont séchoirs

Atlas paru dans le Bioénergie International n°53 de janvier-février 2018

Atlas biogaz 2018 Bioénergie International. Cliquer sur l’image pour l’agrandir.

L’atlas 2018 Bioénergie International des sites de production et de transformation de biogaz comporte 1408 installations réparties dans le Francophonie, dont 220 références supplémentaires par rapport à l’an passé sur la France. Sur la carte deux couleurs permettent de distinguer les installations de type épuration ou industrielles en bleu, des unités agricoles ou territoriales en rouge.

Une nouveauté fait son apparition sur l’atlas 2018 : les sites en cogénération équipés d’un séchoir pour la valorisation de la chaleur sont signalés en gras dans les tableaux et par un point jaune sur la carte.

L’atlas recense 889 installations agricoles, dont 820 en France, 30 en Suisse francophone, 22 en Belgique francophone, 11 au Luxembourg, 5 au Canada francophone et 1 au Cameroun. Parmi ceux-ci, 600 seront en service en France d’ici la fin de l’année 2018.

Les installations sur sites industriels, stations d’épuration et décharges sont au nombre de 437 en France, 29 en Belgique francophone, 25 au Canada francophone, 10 au Maroc, 8 en Suisse francophone, 4 en Tunisie, 4 sur l’île Maurice et 2 au Luxembourg.

La France compte 186 sites de production de biométhane et 932 sites en cogénération (486 en service à fin 2018 et 146,9 MWé installés. Les autres installations valorisent le biogaz à l’aide de chaudières.

 

Les données sont classées par département pour la France, et par pays pour le reste de la Francophonie. Les abréviations utilisées pour distinguer le type des installations sont les suivantes : AGRicole, TERritorial, CET pour centre d’enfouissement technique, STEP pour station d’épuration, et OM pour les sites de valorisation des ordures ménagères par tri-mécano biologique et autres procédés.

Précisons enfin une chose importante quant à l’exhaustivité : nous enrichissons nos bases de données au fil de l’eau et la carte est simplement une photographie de ces bases à une date donnée. Aussi nous invitons les représentants des installations manquantes, et tous ceux dont les informations ne seraient pas totalement exactes, de nous faire passer leurs précisions pour l’édition 2019 à fbornschein@bioenergie-promotion.fr.

François Bornschein

 


2018/04/20

Données pour la planification énergétique territoriale


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



Données pour la planification énergétique territoriale

L'état des lieux des données de planification énergétique territoriale est un projet ayant pour objectif la création d'un catalogue opérationnel des données de planification énergétique, à destination des collectivités territoriales en charge d'un exercice de planification.

Il s'insère dans différents accompagnements de l'ADEME sur cette thématique (club STEP, réseaux d'acteurs...). Le catalogue des données s'accompagne d'une carte mentale illustrative (télécharger le logiciel libre Xmind afin de la visualiser) et d'une plaquette explicative.


2018/04/03

L'hydrogène dans la transition énergétique


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



L'hydrogène dans la transition énergétique

Les développements technologiques et les expérimentations menées ces dernières années dans le domaine de l'hydrogène permettent d'affirmer que ce vecteur apportera des contributions majeures à la transition énergétique et écologique :

  • Des solutions de flexibilité et d'optimisation aux réseaux énergétiques dans le cadre d'un mix électrique futur associant fortement les sources renouvelables ;
  • De nouvelles perspectives pour l'autoconsommation à l'échelle d'un bâtiment, d'un ilot ou d'un village grâce au stockage permis par les technologies hydrogène ;
  • Des solutions nouvelles pour l'électromobilité grâce à l'hydrogène embarqué.

Enfin, l'industrie emploie actuellement plus de 900000 tonnes d'hydrogène par an, produit à partir de combustibles fossiles, ce qui représente 7,5% des émissions de gaz à effet de serre de l'industrie française. L'enjeu est d'améliorer les procédés et de substituer, lorsque cela est possible, des ressources renouvelables aux ressources d'hydrogène fossiles.

fiche-technique_hydrogene_dans_la_te_avril2018_2.pdf (PDF — 777.76 Ko — 03/04/2018)


2018/03/30

Énergies renouvelables : un enjeu pour l'agriculture


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



Cette infographie présente les chiffres clés, contributions et opportunités des énergies renouvelables pour les exploitations agricoles.

ademe_le_mag_114_faits_et_chiffres.pdf (PDF — 542.56 Ko — 30/03/2018)


Valorisation des déchets verts et bois-énergie dans le Golfe de Saint-Tropez


Source : Bioénergies International



Valorisation des déchets verts et bois-énergie dans le Golfe de Saint-Tropez

La ligne de criblage à trois fractions à poste fixe TERRA SELECT T5 E avec à droite le système d’aspiration des plastiques, photo Frédéric Douard

La Communauté de communes du Golfe de Saint-Tropez a été créée le 1er janvier 2013 en lieu et place de l’ancien SIVOM du Pays des Maures et du golfe de Saint-Tropez. La collecte et la gestion des déchets figurent parmi ses compétences, de même que la protection de l’environnement et le débroussaillement pour limiter les risques d’incendies. C’est dans ce cadre que la collectivité gère l’Écopôle du Maravéou sur un terrain de 2,5 ha mis à disposition par la commune de La Mole. Créé en 2004, ce pôle traite les déchets verts, produit du compost normé pour l’agriculture biologique et du bois-énergie depuis 2008.

La fraction ligneuse des déchets verts

Par ses propres moyens logistiques, la collectivité centralise sur l’Ecopôle les déchets déposés dans les dix déchetteries de son territoire. En 2016, ce sont ainsi plus de 16 000 tonnes de déchets verts qui ont ainsi pu être valorisées. Cinq agents assurent le fonctionnement de la plateforme.

Camions de collecte des déchets verts de la Communauté de Communes, photo Frédéric Douard

Les déchets verts passent dans un broyeur dès leur arrivée sur la plateforme et le broyat est ensuite criblé pour séparer la partie fine destinée au compostage et au paillage agricole, de la partie ligneuse destinée à l’énergie.

Au premier plan la fraction fine sortant du tambour pour le compostage, et à droite un chargeur en train de prélever la partie bois-énergie sous le crible à étoiles, photo Frédéric Douard

Pour réaliser cette opération, la collectivité a engagé des investissements importants avec notamment durant l’été 2016 la mise en place par la société VERCOM d’une ligne de criblage électrique à poste fixe.

Sylvain Brehm, VERCOM à gauche et Sinon Beaujon, Ecopôle, devant le combustible destiné à la centrale de Brignoles, photo Frédéric Douard

Pour le débouché énergie, la partie ligneuse, riche en eau et en minéraux, est mélangée à du broyat de palette produit également sur la plateforme à partir des DIB collectés par la collectivité. Les palettes sont broyées et criblées sur l’Ecopôle et disposent aujourd’hui d’un seul débouché : la centrale Sylvania à Brignoles. Pour cette dernière, le broyat de palettes est additionné à la fraction ligneuse des déchets verts, dans une proportion égale, ce qui permet d’obtenir un combustible équilibré en humidité et en taux de cendres ; 1500 tonnes y sont ainsi livrées par an.

Gros plan sur la fraction ligneuse extraite des déchets verts broyés à La Mole par la ligne TERRA SELECT T5, photo Frédéric Douard

Gros plan sur la ligne de criblage des déchets verts broyés

La ligne vendue et installée par la société VERCOM est composée d’un crible rotatif, d’une table à étoiles, d’une table à rebond, d’un déferrailleur et d’une soufflerie à plastiques mous.

Gros plan sur la table à étoiles de la ligne TERRA SELECT T5 de La Mole, photo Frédéric Douard

Le crible à tambour TERRA SELECT T5 est conçu pour le criblage du compost, du bois-énergie, des déchets verts broyés et de la terre végétale. Il possède une trémie d’alimentation à tapis de 5 m³. Sa bande crantée évite de se décentrer et de patiner. Son tambour, d’un diamètre de 2 m, a une surface effective de criblage de 25 m².

La ligne de criblage à trois fractions à poste fixe TERRA SELECT T5 E à La Mole, photo F. Douard

Parmi les options disponibles dans l’offre TERRA SELECT, les gestionnaires de l’Ecopôle ont choisi de doter leur ligne d’un tapis balistique pour ôter les pierres, d’une poulie magnétique pour ôter les métaux ferreux, d’un séparateur aéraulique pour ôter les plastiques légers et enfin d’une table à étoiles pour sortir une troisième fraction. Le tambour permet de prélever en tête de ligne la fraction fine de 0 à 30 mm (50 % du volume), et la table à étoiles en fin de ligne permet de sélectionner les produits de 30 à 150 mm pour l’énergie (40 % du volume). Les surlongueurs sont repassées au broyeur.

Gros plan sur les plastiques extraits des déchets verts broyés à La Mole par la ligne TERRA SELECT T5, photo Frédéric Douard

Tous les convoyeurs font un mètre de largeur et leurs châssis sont galvanisés. De plus, la vitesse des bandes sous tambour et de refus est réglable en continu. La ligne a une capacité de traitement de 70 à 80 m³ de matière à l’heure. Elle travaille silencieusement et présente une très bonne accessibilité pour toutes les opérations de maintenance et d’entretien.

Séparateur de métaux ferreux sur la ligne de criblage TERRA SELECT T5, photo Frédéric Douard

Sur la plateforme de La Mole, la collectivité a fait le choix d’un entraînement 100 % électrique de 65 kW, ce qui permet de réduire fortement le travail de maintenance et ce qui est très économique en termes d’énergie consommée par rapport à une version thermique. Le premier bilan d’exploitation montre un prix de fonctionnement de 3 à 4 €/tonne, manutention au chargeur comprise.

La plaquette forestière

Parallèlement à la gestion des déchets, la Communauté de communes s’est engagée dans une politique de développement de la filière bois-énergie sur son territoire. Ainsi, l’Ecopôle de La Mole héberge-t-il aussi une plateforme dédiée à la production de plaquette forestière fine, calibrée et sèche pour les petites chaufferies collectives (P16 et P31,5 – M30).

La plateforme des plaquettes forestières à La Mole, photo Frédéric Douard

Cette plateforme de 4500 m² accueille des stocks de bois rond sur 2000 m² bitumé et dispose d’un hangar de séchage et de stockage de plaquettes de 400 m² pouvant contenir 1200 m³. Initialement mise en place par la collectivité, cette activité a vu sa gestion confiée à l’association Maures Bois Énergie depuis le premier janvier 2017.

Si la production de plaquettes forestières alimente aujourd’hui une bonne quinzaine de chaufferies dans le département, l’objectif est d’arriver à 4000 tonnes de production annuelle. Notons enfin qu’une partie de ce combustible haut de gamme est livrée par un caisson souffleur TRANSMANUT, ce qui permet aux porteurs de projets de faire des économies de génie civil lors de la conception et de la construction de leurs chaufferies, en permettant de valoriser des locaux existants.

Le caisson souffleur de plaquettes TRANSMANUT, photo Maures Bois Energie

Contacts :

Frédéric Douard, en reportage à La Mole – Golfe de Saint-Tropez


2018/03/13

Biogaz : 2 TWh d'électricité ont été produits en 2017


Source : Actu-Environnement



Biogaz : 2 TWh d'électricité ont été produits en 2017

La dynamique du biogaz se poursuit en France.

En 2017, 72 nouvelles installations, représentant une puissance de 40 mégawatts (MW), ont complété le parc de production d'électricité à partir de biogaz. Le rythme est plus élevé qu'en 2016 qui comptabilisait 32 MW de raccordements.

La production d'électricité s'est élevée à 1,9 terrawattheure (TWh) sur l'année 2017, en hausse de 4% par rapport à 2016, grâce aux 548 installations totales (423 MW).

C'est le bilan que dresse le ministère de la Transition écologique dans le tableau de bord du biogaz pour la production d'électricité du quatrième trimestre 2017, publié le 28 février 2018.

Par ailleurs, "70 MW étaient en file d'attente fin 2017", précise le ministère.


Biométhane : 44 installations injectent dans les réseaux de gaz naturel


Source : Actu-Environnement



Biométhane : 44 installations injectent dans les réseaux de gaz naturel

En 2017, 18 nouvelles installations ont injecté du biométhane dans les réseaux de gaz naturel, après production et épuration de biogaz, selon le tableau de bord du biométhane injecté dans les réseaux de gaz publié par le ministère de la Transition écologique. Les raccordements sont deux fois plus élevés qu'en 2016. Après un troisième trimestre moins dynamique, l'injection a accéléré sa progression au quatrième trimestre.

Cela amène à 44 le nombre total d'installations pour une capacité maximale de production de 696 GWh/an. "Sur l'ensemble de l'année, la production a atteint 406 gigawattheures (GWh), contre 125 GWh en 2016", indique le ministère. Par ailleurs, une puissance de 7.958 GWh/an de 361 projets était en file d'attente au 31 décembre 2017.

Trois régions, Grand Est, Hauts-de-France et Ile-de-France, concentrent 50% des capacités installées au 31 décembre 2017 et 54% des injections sur l'année.


2018/03/12

[VIDEO] De la vigne pour alimenter les centrales biomasse ?


Source : Actu-Environnement



[VIDEO] De la vigne pour alimenter les centrales biomasse ?

Chaque année, de nombreux ceps de vignes sont arrachés, plus assez productifs ou contaminés par des maladies. Un gisement significatif de bois qui pourrait être brûlé pour produire de la chaleur voire de l'électricité. Reportage vidéo dans le Vaucluse.

Sur une parcelle expérimentale de quatre hectares, des milliers de ceps de vignes ont été arrachés, puis réduits en fragments grâce à une broyeuse et un cribleur. Une parcelle assez grande pour optimiser le coût de déplacement de ces engins. Le but : valoriser les déchets verts au lieu de les brûler à l'air libre, comme c'est le cas généralement, ce qui participe à la pollution atmosphérique. "Aujourd'hui, les agriculteurs ont encore le droit de le faire mais mieux vaut anticiper une future interdiction en pensant dès maintenant à une méthode alternative pour se débarrasser de ces déchets verts et de façon économiquement viable", précise Gérard Gazeau, chargé de mission à la chambre d'agriculture du Vaucluse.

Alimenter la centrale biomasse de Gardanne

Une expérimentation menée conjointement avec Uniper, l'énergéticien qui gère notamment la plus grande centrale biomasse de France, à Gardanne. Cette dernière doit brûler 800.000 tonnes de bois par an pour produire de l'électricité. Mais ce n'est pas si facile de trouver autant de bois dans un périmètre local, en particulier en région PACA. Du coup, aujourd'hui 50% de son bois provient de l'étranger et pour le reste, l'entreprise doit diversifier son approvisionnement : "La moitié en provenance de ressources forestières, sur un rayon très large de 17 départements autour de l'usine, et une autre moitié de bois de fin de vie, des déchets issues de déchetteries ou de pratiques agricoles", explique Gilles Martinez, ingénieur forestier chez Uniper.

Selon Uniper, le gisement de déchets verts en provenance des activités agricoles serait considérable "en PACA, il y aurait plusieurs centaines de milliers de tonnes par an". Reste à les mobiliser, ce qui n'est pas une mince affaire, on retrouve les mêmes difficultés qu'en exploitation forestière : morcellement des parcelles, acces parfois difficile… De plus, pour faire changer les pratiques agricoles, il faudra soit une interdiction règlementaire ou bien inciter les agriculteurs en achetant ce bois à un tarif attractif. Cette première expérience devrait néanmoins permettre d'éclaircir un certain nombre de points notamment sur les coûts de fabrication du combustible


Les gaz renouvelables, mieux que le tout électrique pour réussir la transition énergétique


Source : Bioénergies International



Les gaz renouvelables, mieux que le tout électrique pour réussir la transition énergétique

Editorial du Bioénergie International n°54 de mars-avril 2018

Selon une étude publiée le 22 février 2018 par le consortium Gas for Climate, les gaz renouvelables pourraient jouer un rôle prépondérant en Europe pour parvenir à des émissions de gaz à effet de serre nulles d’ici 2050 et atteindre les objectifs de l’Accord de Paris.

Un tournant idéologique dans la transition énergétique : la fin du tout électrique renouvelable

Le rapport montre qu’il est possible d’augmenter la production de gaz renouvelables (biométhane et hydrogène renouvelable) d’ici 2050 de plus de 120 milliards de mètres cubes par an. Le potentiel de biométhane est fondé sur un scénario conservateur d’utilisation durable de la biomasse en Europe.

Selon le rapport, si un quart de la demande actuelle de gaz était couverte par la production de gaz d’origine renouvelable d’ici 2050, en utilisant les infrastructures gazières existantes, l’Union européenne économiserait même 140 milliards d’euros chaque année, en comparaison avec un scénario fondé sur une électrification totale. Ces économies seraient principalement réalisées par la limitation des pics de demande d’électricité, et donc des besoins d’investissement dans les capacités de production de pointe et dans la construction de nouvelles infrastructures nécessaires pour gérer ces capacités.

Retour à un paradigme de réalité : la biomasse et le gaz renouvelable, vecteurs les moins chers pour stocker l’énergie renouvelable

L’arrivée de la solution globale du gaz renouvelable, aux côtés d’une filière bioénergie représentant déjà plus de 63 % des énergies renouvelables en Europe, est une véritable bombe politique qui remet en place le dogme électrique (tout PV et éolien), les velléités hégémoniques des électriciens depuis des décennies sur les renouvelables et l’idée comme quoi la transition énergétique sera forcément électrique et coûteuse !

Le gaz renouvelable est un vecteur qui fait la synthèse entre les sources d’énergie solides, gazeuses et électriques renouvelables ! Fini l’impérieuse nécessité de batteries polluantes et coûteuses pour le stockage d’électricité, la solution est bien plus simple : produire du gaz stockable à partir de la biomasse (par méthanisation ou gazéification) ou à partir de l’électricité renouvelable excédentaire par l’électrolyse de l’eau. L’électrolyse met à disposition de l’hydrogène pour alimenter les piles à combustible des futurs véhicules électriques par exemple, ou pour produire du méthane en recyclant au passage le CO2 émis par la combustion.

Des filières plus économiques et plus sûres que le réseau électrique seul

La filière gaz renouvelable, tout comme la filière bioénergie, permet d’envisager une production massive d’énergie à bas coût sur la base des infrastructures actuelles, tant en transport, en stockage qu’en génération de l’énergie.

Du côté de la sûreté énergétique, quoi de plus facile aujourd’hui (terrorisme ou catastrophes « naturelles ») que de faire disjoncter n’importe quelle région ou pays dont le système n’est basé que sur un réseau électrique centralisé et en équilibre instable permanent ? À côté de cela, les applications thermiques directes et les productions électriques thermiques sont autonomes, décentralisées, en équilibre stable et donc globalement beaucoup plus difficiles à déstabiliser.

La montée à venir du gaz renouvelable, et la reconnaissance de la dimension stratégique des biomasses en termes de stockage, de disponibilité et de sûreté est une véritable révolution culturelle, alors que depuis 30 ans en matière d’énergie renouvelable, on ne jurait que par l’électricité !

L’étude est disponible en anglais sur le site www.gasforclimate2050.eu


2018/03/07

[JEC 2018] Du végétal dans les composites


Source : Usine Nouvelle



[JEC 2018] Du végétal dans les composites

Le JEC World réunit à Paris-Villepinte toute l'industrie mondiale des composites du 6 au 8 mars. Dans l'automobile, pour réduire le coût des grandes pièces en composites, les constructeurs s’intéressent aux agro-composites et à la fibre de carbone low cost.

[JEC 2018] Du végétal dans les composites

© L’américain Hexcel fournit à Airbus de la fibre de carbone depuis près de trente ans.

Parmi les innovations à suivre, la production de fibre carbone à moindre coût.


2018/03/05

Les énergies renouvelables et de récupération


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



Les énergies renouvelables et de récupération

Cette infographie présente la part des énergies renouvelables et de récupération dans la consommation énergétique française et dans le mix énergétique français à échéance 2035 puis 2050 selon les Visions énergie-climat de l'ADEME. Le bénéfice environnemental et climatique ainsi que l'opportunité économique qu'elles représentent sont également exposés.

DOCUMENTS À TÉLÉCHARGER


2018/03/04

Le top 1000 des chaufferies à biomasse solide de la Francophonie


Source : Bioénergies International



Le top 1000 des chaufferies à biomasse solide de la Francophonie

Atlas paru dans le Bioénergie International n°52 de novembre-décembre 2017

Atlas Bioénergie-international 2017 des chaufferies à biomasse.

Cet atlas Bioénergie International 2017 présente les chaufferies collectives, industrielles ou agricoles d’au moins 1100 kW fonctionnant à la biomasse solide et réputées en fonctionnement dans la francophonie. D’année en année ce seuil de puissance évolue afin de toujours vous présenter les 1000 chaufferies les plus puissantes que nous avons pu répertorié.

Résultats 2017 : 885 chaufferies en France et 176 dans les autres pays francophones.

En termes de puissance, l’atlas recense 1031 installations représentant 2396 MW thermiques.

Les chaufferies collectives sont au nombre de 536 et représentent 46,3 % de la puissance totale (1109 MW). Au niveau de l’industrie, l’atlas compte 414 installations pour 42,5 % de la puissance totale (1019 MW). Enfin, le secteur agricole, avec quelques 111 chaufferies représente 11,2 % de la puissance totale répertoriée ici
(268 MW).

Les données sont classées par département pour la France, et par pays pour la francophonie. Les lettres AGR, IND et CT indiquent respectivement si la chaufferie est de type agricole, industriel ou collectif et tertiaire. La mention de la marque de la chaudière et des équipements installés figure également le plus souvent (83,7 % des sites mentionnés sont renseignés).

Enfin, nous enrichissons les données sur base de nos enquêtes et de vos retours. Aussi nous invitons les représentants des installations manquantes, et tous ceux dont les informations ne seraient pas totalement exactes, de nous faire passer les informations pour l’édition 2018 à fbornschein@bioenergiepromotion.


2018/02/28

Les lauréats de l’appel d’offres CRE 5-2 cogénération biomasse enfin dévoilés


Source : Bioénergies International



Les lauréats de l’appel d’offres CRE 5-2 cogénération biomasse enfin dévoilés

Conformément aux objectifs d’accélération du développement des énergies renouvelables rappelés lors du Sommet sur le Climat « One Planet Summit », Nicolas Hulot, ministre d’État, ministre de la Transition écologique et solidaire, vient de désigner les 11 lauréats de l’appel d’offres CRE 5, année 2, pour développer des installations de production d’électricité à partir de biomasse, pour un volume de 52,9 MWé.

« La France a voté en décembre dernier une loi mettant fin à la recherche et à l’exploitation des hydrocarbures sur tout notre territoire. En parallèle, notre pays doit monter en puissance sur le développement des énergies renouvelables pour répondre aux objectifs fixés dans le Plan climat. Les projets annoncés aujourd’hui répondent à cette ambition de soutenir des filières créatrices d’emplois » déclare Nicolas Hulot.

Lancé en février 2016, pour un volume total de 180 MWé, l’appel d’offres dit CRE 5 pour les installations biomasse énergie comporte trois périodes de candidature, réparties sur trois ans, et repose sur le nouveau dispositif de soutien, le complément de rémunération. Cet appel d’offres porte sur  un volume annuel de 50 MW de nouvelles installations « bois-énergie » de plus de 300 kW et de 10 MW pour de nouvelles installations de méthanisation de plus de 500 kW.

Pour cette deuxième tranche, 45 dossiers de candidature ont été reçus, pour une puissance cumulée de 176,8 MWé. Tous les dossiers transmis étaient complets et la CRE les a instruits en fonction du prix de vente de l’électricité proposée, de la qualité de l’approvisionnement, de l’efficacité énergétique et de la performance en matière de qualité de l’air.

Sur cette base, Nicolas Hulot désigne 11 projets lauréats : 9 projets pour le lot bois-énergie et 2 projets de méthanisation

Les installations des lauréats seront soutenues par un complément de rémunération garanti pendant 20 ans. Elles produiront de l’électricité renouvelable pour un volume total de 400 GWh par an et de la chaleur renouvelable à hauteur de 1 000 GWh par an.

Le projet porté par la société PV BAISSES à Villelaure (Vaucluse) est le deuxième projet « bois-énergie » qui bénéficiera du bonus mis en place en 2016 afin de soutenir les structures ayant recours à l’investissement participatif.

Cette année, le tarif moyen, pondéré par la puissance des installations des lauréats pour les installations « bois-énergie » de moins de 3 MW est égal à 137 €/MWh. Il est inférieur au tarif des lauréats de la tranche précédente, dans la même catégorie, qui était égal à 149 €/MWh.

Pour l’ensemble des lauréats, le tarif moyen, pondéré par la puissance des installations de tous les lauréats est de 122,50 €/MWh. Ce tarif est égal au tarif moyen pondéré par la puissance des installations des lauréats de la première période.

Une troisième période de candidature sera ouverte du 29 juin au 31 août 2018.

Liste des projets retenus cette année 

Installations bois-énergie de moins de 3 MW  

Projets lauréats

Région

Commune

Puissance allouée (MW)

PERENIA

Provence Alpes Côte d’Azur

Clans

1,2

NEOWAT

Normandie

Longueville sur Scie

1,2

COMBRAILLE BOIS ENERGIE (COBE)

Nouvelle Aquitaine

La Souterraine

2,5

BIOMASSE 45

Centre Val de Loire

Nogent sur Vernisson

1,18

BIOMASSE 31

Occitanie

Gratens

1,18

BIOMASSE 18

Centre Val de Loire

Lury sur Arnon

1,18

CAMPUS SAG Sud Luberon

Provence Alpes Côte d’Azur

Villelaure

1

Installations bois énergie de plus de 3 MW

Projets lauréats

Région

Commune

Puissance allouée (MW)

BIO-Watt

Provence Alpes Côte d’Azur

Tarascon

25

BiotricityMaubourguet

Occitanie

Maubourguet

15,98

Installations de méthanisation

Projets lauréats

Région

Commune

Puissance allouée (MW)

Méthanisation à la ferme de Goasmin

Bretagne

Plusquellec

0,51

MEDOC ENERGIES 2

Nouvelle Aquitaine

Hourtin

0,79


2018/02/27

Le biométhane de deuxième génération, des enjeux méconnus


Source : Bioénergies International



Le biométhane de deuxième génération, des enjeux méconnus

Le bilan énergétique du biométhane 2Gr

A l’occasion du salon Biogaz Europe 2018, Olivier Guerrini de la Direction Recherche et Technologies, Key Program Biogas d’ENGIE, répond aux questions de Jeremy HUGUES-dit-Ciles sur la synthèse de la conférence “Le Biométhane de 2ème Génération : Enjeux et perspectives industrielles” donnée le 8 février 2018 sur le salon à Nantes.

Le domaine concerne la production de méthane à partir de la pyrolyse-gazéification de biomasses solides, un travail dont le club pyro-gazéification est l’animateur professionnel.

Pour en savoir plus sur cette filière : www.clubpyrogazeification.org


Valoriser les bois de vignes et vergers en chaudière au lieu de les brûler à l’air libre


Source : Bioénergies International



Valoriser les bois de vignes et vergers en chaudière au lieu de les brûler à l’air libre

Démonstration de broyage des ceps de vigne par les Ets Gordo, photo Uniper

L’énergéticien Uniper et la Chambre d’agriculture de Vaucluse se sont associés le 23 février 2018 pour réaliser un chantier pilote de valorisation énergétique et agricole de 4 ha de vignes dans le Luberon, en alternative au brûlage à l’air libre. En soutien avec l’ADEME et la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, ce projet s’inscrit dans le cadre du Lab’Forêt d’Uniper, programme d’expérimentation visant à structurer la filière bois locale et à assurer un approvisionnement durable de sa centrale biomasse à Gardanne. Gordo SARL, spécialisé dans les travaux agricoles et terrassements en région PACA et basé à Robion, a mis en oeuvre ce chantier. Une solution pour la gestion des déchets verts agricoles placée sous l’angle de la transition énergétique et de l’économie circulaire.

Agriculture et énergie : des voies de valorisation complémentaires

En répondant à l’appel à projet de l’ADEME pour la prévention dans le cadre du brûlage agricole, la Chambre d’agriculture de Vaucluse a fait le choix, suite à une interrogation d’élus agricoles du Groupement de Développement Agricole Sud Luberon, de se positionner sur la valorisation énergétique des souches de vigne et le stockage de carbone dans le sol. Ce sont 4 ha du vignoble de Cadenet qui ont ainsi été arrachés et broyés.

Matthieu Raby, directeur de Gordo SARL complète “La fraction fine sert à faire de la terre végétale pour enrichir les sols et stocker le carbone, tandis que les grosses fractions vont approvisionner la centrale biomasse de Gardanne pour produire de l’énergie”.

Les objectifs de ce chantier pilote étaient d’analyser le potentiel fertilisant des terres végétales et le potentiel énergétique des plaquettes, d’évaluer la rentabilité économique et réaliser un bilan énergie/gaz à effet de serre de l’opération.

Arrachage de vieux ceps de vigne au Cadenet, photo Uniper

Une alternative au brûlage à l’air libre

Comme le département voisin des Bouches-du-Rhône, le Vaucluse est confronté à une problématique de qualité de l’air avec un Plan de Protection de l’Atmosphère approuvé en 2014 sur 22 communes de la région avignonnaise.

La valorisation énergétique de la biomasse agricole est une alternative au brûlage à l’air libre. Elle apportent une solution aux agriculteurs de notre territoire qui sont confrontés à la difficulté d’évacuer ces déchets issus de la viticulture, mais également de l’arboriculture” précise Gérard Gazeau, chargé de mission agro-environnement à la Chambre d’agriculture. “

Ces résidus de cultures correspondent aux tailles et aux arrachages des arbres des vergers ou vignobles qui doivent être renouvelés tous les 30 ans.

Une économie locale méditerranéenne diversifiée et vertueuse

Cette voie de valorisation constitue une réelle opportunité pour la région PACA dont près du 1/3 des exploitations agricoles est spécialisé en viticulture.

C’est ce que confirme Matthieu Raby : “Nous avons développé la prestation d’arrachage, unique dans le Vaucluse, et c’est grâce au débouché de la centrale biomasse que nous avons pu voir plus loin en développant le bois-énergie, nous permettant de répondre à notre ambition première : l’économie circulaire et les circuits courts. Toute la vigne est valorisée, de la souche jusqu’à la petite branche.


2018/02/23

L’agriculture produit 20% des énergies renouvelables françaises, soit 4,5 Mtep


Source : Bioénergies International



L’agriculture produit 20% des énergies renouvelables françaises, soit 4,5 Mtep

Chaufferie bois et méthanisation au Gaec des Friches à Saint-Nicolas-du-Tertre dans le Morbihan, photo Frédéric Douard

L’Ademe dévoilé Le 22 février 2018 une étude inédite qui conforte la place de l’agriculture au cœur du développement des énergies renouvelables. L’agriculture produit aujourd’hui autant d’énergies renouvelables qu’elle consomme d’énergies conventionnelles. Les énergies renouvelables sont aussi une source importante de revenus pour les agriculteurs, pouvant dans certains cas générer jusqu’à 15000€ annuels de revenus complémentaires.

Pour Nicolas Hulot, Ministre d’Etat, Ministre de la Transition Ecologique et Solidaire « cette étude prouve une nouvelle fois que la transition énergétique est une réalité et une opportunité pour les agriculteurs. Les énergies renouvelables, c’est de l’emploi dans les territoires, c’est un revenu complémentaire pour les agriculteurs, c’est un plus pour la planète. Avec la nouvelle programmation pluriannuelle de l’énergie, nous allons encore accélérer et faire en sorte que chaque agriculteur qui le souhaite puisse s’engager pour le solaire, l’éolien, ou le biogaz ».

Le secteur agricole, un important producteur d’énergies renouvelables

En 2015, le monde agricole a contribué à la production de 20% des EnR nationales. Avec 4,5 Millions de Tonnes Equivalent Pétrole (Mtep), les exploitations agricoles participent autant à la production d’EnR qu’elles consomment d’énergie non renouvelable.

Cette contribution des exploitations agricoles à la transition énergétique prend plusieurs formes :
• L’autoconsommation de chaleur et d’électricité pour réduire la facture énergétique de l’exploitation (géothermie, solaire thermique, photovoltaïque, méthanisation);
• La production et la vente de biomasse pour la production d’énergies renouvelables (cultures pour les biocarburants et la méthanisation, bois pour la chaleur) ;
• La vente d’électricité ou gaz directement sur les réseaux (photovoltaïque, méthanisation) ;
• La mise à disposition de surface pour les installations de panneaux solaires ou d’éoliennes.

Selon les estimations de l’étude, en 2015 plus de 50 000 exploitations agricoles (soit 15% des exploitations) participent déjà à la production d’EnR de manière significative. L’étude estime que cette contribution pourrait être multipliée par 2 à l’horizon 2030 et pourrait atteindre 15,8 Mtep en 2050, grâce au développement de la méthanisation, du photovoltaïque et de l’éolien notamment.

Les EnR : un plus pour le revenu des agriculteurs

Selon l’étude, en 2015 la contribution du secteur agricole à la production d’EnR représente un chiffre d’affaire d’1,4 milliard d’euros soit l’équivalent de 2% du chiffre d’affaires de l’agriculture française.
Ce chiffre d’affaires est essentiellement porté par les biocarburants, pour 1 milliard d’euros, suivi du photovoltaïque, pour 109 millions d’euros, de la méthanisation et de la biomasse chaleur, pour respectivement 88 et 85 millions d’euros et, dans une moindre mesure, 34 M€ pour la mise à disposition d’espace permettant l’installation d’éoliennes.

Ces chiffres, encore limités au regard du potentiel de l’ensemble du secteur agricole, génèrent néanmoins un impact significatif pour les agriculteurs engagés dans ces projets : le développement des EnR contribue à diversifier leur revenu, pour des montants pouvant aller de quelques milliers d’euros de réduction de leur facture énergétique à plus de 15 000 € de revenus complémentaires. Ces chiffres sont à mettre en perspective avec le revenu agricole moyen en 2015, évalué à 25 400 € pour l’ensemble des filières.

L’étude a identifié plus d’une cinquantaine d’opportunités offertes aux agriculteurs selon leur filière, les caractéristiques de leur exploitation, leurs possibilités d’investissements financiers ou leur volonté d’implication dans la gouvernance des projets.

Pour en savoir plus, télécharger l’étude : Agriculture et EnR : contributions et opportunités pour les exploitations agricoles


2018/02/22

Agriculture et énergies renouvelables


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



Agriculture et énergies renouvelables

En 2015, le monde agricole a contribué directement et indirectement à la production de 20% des EnR nationales. En définitive, les exploitations agricoles participent autant à la production d'EnR qu'elles ne consomment d'énergie (4.5 Mtep).

A ce jour, cette contribution est essentiellement liée à la production de biomasse pour les biocarburants et au développement de l'éolien sur des terres agricoles. A l'horizon 2030, la contribution des exploitations agricoles serait multipliée par 2, pour atteindre, en 2050, 15.8 Mtep, grâce au développement de la méthanisation, du photovoltaïque et de l'éolien notamment.

Selon la méthode développée dans l'étude, en 2015 la contribution du secteur agricole à la production d'EnR représente un chiffre d'affaire d'1,4 milliard d'euros soit l'équivalent de 2% du chiffres d'affaires de l'agriculture.

Le développement des EnR, la transition écologiquepermet aux agriculteurs de diversifier et de renforcer leur revenu, pour des montants pouvant aller de quelques milliers d'euros de réduction de leur facture énergétique à plus de 15 000 € de revenus complémentaires. Ces chiffres sont à mettre en perspective avec le revenu agricole moyen en 2015 évalué à 25 400 ¤ pour l'ensemble des filières.

L'étude a identifié plus d'une cinquantaine de modèles d'affaire possible offrant aux agriculteurs des opportunités selon leur filière, leur contexte pédo-climatique, leur volonté d'implication dans la gouvernance des projets, d'investissements financiers, de temps de travail, de risques et d'acceptabilité sociale.

Les EnR constituent une nouvelle filière pour le monde agricole en plein développement. Elles représentent une opportunité économique en tant qu'activité en développement qu'il faut nécessairement organiser et accompagner. Compte tenu des perspectives, l'ADEME recommande le renforcement d'une animation locale axée sur la fourniture de conseils techniques, administratifs et financiers, ainsi que celle d'un accompagnement au montage de projets. Les objectifs sont d'accélérer la diffusion des EnR et de permettre à l'agriculture d'être un véritable acteur de la transition énergétique.

De plus, les projets d'EnR collectifs intégrés aux territoires contribuent à l'acceptation des EnR par la société, et développent une image positive de l'agriculture utile aux défis énergétiques et climatiques de nos sociétés.


Les 25 propositions de la FNCCR pour développer la méthanisation en France


Source : Bioénergies International



Les 25 propositions de la FNCCR pour développer la méthanisation en France

Les deux gazomètres, les trois digesteurs et les trois décanteurs d’Ovilléo, la grande STEP de la métropole lilloise, photo Frédéric Douard

La méthanisation s’installe progressivement dans le paysage énergétique français mais les projets souvent complexes et coûteux peinent à émerger. Or, la France s’est fixé un objectif de 10 % de la consommation de gaz en 2030 à partir de biométhane, soit une production annuelle de 30 TWh. D’autres scénarios (Ademe, GRDF, GRTgaz) envisagent même 100% de gaz renouvelable en 2050. Il est donc urgent de donner des garanties à la filière.

Aujourd’hui, la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies (FNCCR) formule 25 propositions articulées en trois axes :

1 – Le développement du biométhane comme carburant

  • Création de stations GNV (puis rapidement bioGNV) ;

  • Aides à la mutation des flottes en mesure d’utiliser ce carburant ;

  • Mise en place d’un PIA (plan d’investissement d’avenir) accompagnant le développement des stations d’avitaillement…

2 – La réévaluation des niveaux d’accompagnement de la filière d’injection dans le réseau gaz

  • Facilitation de l’injection dans le réseau par une visibilité accrue du mécanisme de soutien

  • Constitution d’un fonds de garantie pour l’accompagnement financier des projets

  • Expérimentation du rebours (vers le réseau de transport)…

3 – L’essor de la méthanisation dans des projets de territoire

  • Gestion locale concertée des déchets agricoles, issus des collectivités et STEP, des particuliers ou des industriels ;

  • Augmentation des fonds chaleur et déchets de l’Ademe ;

  • Consultation et appui de la collectivité organisatrice de la distribution de gaz…

Avec ces mesures, la filière disposera de la visibilité nécessaire pour accélérer son développement. La FNCCR rappelle que le gaz renouvelable contribue à la réduction des gaz à effet de serre, mais aussi du déficit commercial, tout en créant des emplois non localisables.

Détail des propositions

Développer l’utilisation du biométhane en finalité carburant

Le rendement le plus efficace du biogaz est l’utilisation comme carburant. Cependant plusieurs freins subsistent dans le développement de cet usage, tant au niveau d’une organisation pertinente des stations sur le territoire que de la mutation des flottes en mesure d’utiliser ce carburant.

Ainsi pour lever ces freins, la FNCCR propose de :

1. Accompagner les collectivités et leurs groupements dans leur acquisition des véhicules GNV afin de permettre la mutation des flottes vers des carburants alternatifs.

2. Développer un PIA (plan d’investissement d’avenir) accompagnant le développement des stations d’avitaillement, à l’instar des différents PIA pour les IRVE.

3. Réaliser un retour d’expériences des collectivités et de leurs groupements ayant développées des mesures d’accompagnement à la mobilité bioGNV sur leur territoire, en réalisant notamment un benchmark utile de la mobilité électrique : stationnement gratuit, aide à l’achat, etc.

Ré-évaluer les niveaux d’accompagnement de la filière d’injection dans le réseau gaz

De nombreuses actions ont été conduites au fur et à mesure du temps pour développer les différentes filières d’énergies renouvelables. Cependant, la filière d’injection dans le réseau gaz n’a pas encore été suffisamment accompagnée pour permettre son réel développement. Malgré les chiffres pourtant annoncés de fort verdissement du réseau gaz à moyen terme, il reste de nombreux projets qui ne trouvent pas de rentabilité économique suffisante.

Ainsi pour développer les projets d’injection, la FNCCR propose de :

4. Revaloriser les tarifs d’injection gaz et majorer les primes. La filière a besoin d’une visibilité à court et moyen terme sur ce tarif d’achat revalorisé. Il est souvent craint une rentabilité excessive alors que sur le terrain nous en sommes loin. De nombreux projets en restent aux études qui elles même durent souvent des années et coutent très cher au porteur du projet. En aucun cas un appel d’offres à court ou moyen terme permettrait une industrialisation ou une baisse des coûts. On parle ici d’un procédé complexe faisant appel à une accumulation de risques (sur les gisements, sur les prêts bancaires, sur la technologie, sur le manque de visibilité du tarif à la fin de l’étude de faisabilité,…). Toutes les comparaisons avec les autres EnR et les avantages d’un appel d’offre sont biaisées par cette pluralité de l’environnement d’un projet. Dans une perspective longue de la dizaine d’année, des seuils devraient être appliqués pour permettre aux petites puissances de continuer à être réalisées avec le tarif d’achat.

5. Porter la durée d’achat de biogaz à 20 ans au lieu de 15 ans, de manière analogue à ce qui avait été décidé pour l’électricité avec l’arrêté du 14/12/16.

6. Passer d’un pas mensuel à un pas annuel dans le contrat d’achat type entre producteur et fournisseur de gaz.

7. Permettre d’utiliser la chaleur fatale pour chauffer le digesteur, avec une aide de l’ADEME via le Fonds Chaleur.

8. Faciliter et subventionner des expérimentations de rebours pour statuer dans un avenir proche sur les possibilités offertes par cette technologie et faciliter les projets sur des territoires où le réseau de distribution sera vite saturé.

9. Diminuer l’impact du coût du poste d’injection.

10. Valoriser l’utilisation en autoconsommation dans la logique d’une approche multi-réseaux.

11. Intégrer l’utilisation de la chaleur fatale pour chauffer les digesteurs dans le financement par l’ADEME (Fonds chaleur à augmenter).

12. Créer un fonds de garantie analogue à celui mis en place par l’ADEME pour la géothermie.

13. Faciliter l’intégration des financements citoyens et des collectivités territoriales ou de leurs établissements publics dans les projets de méthaniseurs, par exemple en majorant les soutiens apportés dans ces cas.

14. Permettre à l’Etat et aux collectivités territoriales d’utiliser le BioGNV dans le cadre de leurs obligations d’utilisation des véhicules à faible émissions.

15. Développer un programme CEE dédié, afin d’aider la création de stations GNV.

Accompagner la méthanisation territoriale et les échanges avec le territoire

Le développement de la méthanisation se joue autour de diverses parties prenantes. Les collectivités territoriales jouent un rôle stratégique dans le développement des projets, dans l’acceptabilité de ceux-ci et dans la mise en relation des différents acteurs concernés.

Ainsi pour accompagner ce développement, la FNCCR propose de :

16. Consulter la collectivité autorité organisatrice de la distribution du gaz en amont de tout projet de méthanisation ou de desserte gaz, notamment dans le cadre des DSP, afin de s’assurer d’un développement cohérent du réseau.

17. Intégrer la part de biométhane comme critère de choix dans les appels d’offre de distribution de gaz en DSP.

18. Inciter les collectivités et leurs groupements à l’échelle départementale à effectuer un recensement des gisements disponibles et des acteurs du territoire afin de proposer un développement cohérent de la méthanisation et des réseaux associés.

19. Favoriser le dialogue entre les collectivités et les chambres d’agriculture par des chartes ou des conventions de partenariats.

20. Initier une campagne nationale d’information sur la méthanisation et ses bénéfices environnementaux.

21. Faciliter la co-méthanisation des boues d’une station d’épuration avec d’autres boues ou produits organiques non dangereux (FAQ, modification décret et arrêté ICPE, relèvement des seuils d’autorisation pour que la plupart des méthaniseurs de step se trouvent en régime d’enregistrement, suppression de la nécessité de demander une dérogation préfectorale pour le mélange des boues à méthaniser ou pour l’accueil d’autres bio-déchets , instruction unique du dossier de validation des intrants et de valorisation du digestat).

22. Permettre sous conditions le traitement de la fraction liquide des digestats de biodéchets dans les stations d’épuration des eaux usées urbaines.

23. Inciter les collectivités à réaliser des inventaires de gisements et des schémas de valorisation territoriaux en lien avec les schémas départementaux de gestion des déchets et des PCAET et grâce à des financements de l’ADEME.

24. Augmenter la disponibilité du fonds déchets pour les projets territoriaux et les études de gisements.

25. Intégrer l’utilisation de la chaleur fatale pour chauffer les digesteurs dans le financement par l’ADEME (Fonds chaleur à augmenter)

Créée en 1934 en France, la Fédération Nationale des Collectivités Concédantes et Régies (FNCCR) est une association nationale de collectivités locales et de groupements de collectivités entièrement dévolue à l’organisation et à la gestion performante de services publics : distribution d’électricité, de gaz, de chaleur et de froid, petit et grand cycles de l’eau, communications électroniques, e-administration, gestion des données, collecte et valorisation des déchets. Elle accompagne aussi ses adhérents dans les activités liées à ces services publics : éclairage public, mobilités propres (véhicules électriques, GNV, hydrogène), systèmes d’information géographique, mutualisation informatique, …

Organisme représentatif et diversifié, la FNCCR fédère à la fois des collectivités qui délèguent ces services publics à des entreprises privées ou publiques du territoire national, et d’autres qui confient leur gestion à des opérateurs locaux (régies, SPL, SEM…). La FNCCR exprime en toute indépendance le point vue collectif de ses adhérents, notamment lors de la préparation des textes législatifs et réglementaires et dans le cadre de négociations avec les pouvoirs publics et entreprises délégataires.

Pour en savoir plus : www.fnccr.asso.fr – www.territoire-energie.com


2018/02/19

Le chiffre du jour : 477


Source : Actu-Environnement



Le chiffre du jour : 477

C'est le nombre de groupements d'intérêt économique et environnemental (GIEE) au 31 janvier 2018. Ils regroupent 7.500 exploitations et 9.000 agriculteurs. Les GIEE sont des collectifs d'agriculteurs reconnus par l'Etat qui s'engagent dans un projet de modification ou de consolidation de leurs pratiques en lien avec des objectifs économiques, environnementaux et sociaux. Les actions agro-écologiquesmises en place dans ce cadre bénéficient d’aides majorées ou d'une attribution préférentielle des aides.


2018/02/17

Objectif 30% de gaz renouvelable d’ici 2030 dans les Pays de la Loire


Source : Bioénergies International



Objectif 30% de gaz renouvelable d’ici 2030 dans les Pays de la Loire

Pompage de digestat chez Vihiers Bioénergie dans le Maine-et-Loire, photo Frédéric Douard

A l’occasion du salon Biogaz Europe qui s’est déroulé les 7 et 8 février 2018 à Nantes, la Région des Pays de La Loire, GRDF, GRTgaz ont affirmé leur volonté de collaborer étroitement pour rendre ce territoire capable de produire 30 % de gaz renouvelable dans la consommation régionale à l’horizon 2030.

Au niveau français, l’ensemble des gestionnaires de réseaux gaz ont récemment proposés dans leurs perspectives d’atteindre 30% de gaz renouvelable dans la consommation française d’ici 2035. Aujourd’hui le biogaz représente moins de 1 % du gaz consommé en région pays de la Loire. Compte tenu des ressources agricoles, agroalimentaires et de biomasse dont dispose le territoire régional, les partenaires estiment que le potentiel de production de biogaz est important. Les récentes réalisations y ont confirmé la présence d’un tissu d’acteurs dynamiques sur la filière dont la technicité s’est récemment développée. En conséquence, les quatre partenaires souhaitent rassembler tous les acteurs de la filière afin de bâtir en 2018, une feuille de route concertée pour atteindre 30% de gaz renouvelable dans la consommation régionale.

Le gaz renouvelable en Pays de la Loire : des exemples concrets

Depuis 10 ans le Plan Biogaz Bretagne Pays de la Loire, animé par l’association AILE et piloté par l’ADEME et les Régions, a favorisé la création de 57 unités de méthanisation produisent aujourd’hui de biogaz utilisé principalement en cogénération. Concernant l’injection, quatre unités fournissent 93 GWh/an, soit une multiplication par douze par rapport à 2016 ! Il existe par ailleurs actuellement 28 projets représentant une capacité de production de 627 GWh/an, soit une multiplication par sept des capacités actuelles !

Actuellement, un certain nombre de mesures regroupées autour de trois axes doivent permettre en les dynamisant d’atteindre cet objectif.

1. Accompagner et accélérer le développement de la méthanisation

  • Accompagner l’émergence des projets au travers des contrats de territoires entre la Région et les EPCI, d’actions de sensibilisations et d’informations vers le monde agricole, les territoires et le grand public : salon biogaz, journées de sensibilisation,
  • Accompagnement des porteurs de projets, et en particulier du monde agricole par AILE,
  • Faciliter l’accès aux solutions de financement pour les projets de méthanisation : Appel à projet FEDER avec 8 lauréats, soutien de l’ADEME, création d’un fonds régional ENR, travail avec les acteurs bancaires, financement citoyen et participatif,
  • Le développement d’une véritable filière industrielle régionale avec la création du Cluster Méthatlantique,
  • Adaptation des réseaux gaz pour intégrer au meilleur ces productions locales et renouvelables, en développant des réseaux intelligents : ex du projet West Grid Synergy dans les Mauges et en Vendée,
  • Mise en place d’un schéma directeur biométhane permettant d’anticiper les investissements nécessaires sur les réseaux.

2. Promouvoir l’utilisation du biométhane pour la mobilité dans la cadre de la politique GNV

  • Avec une ambition forte proposée par le schéma régional d’implantation de stations GNV qui ambitionne 19 stations de GNV d’ici 2020. Les trois premières ont été installées en 2017 et le projet VENDEE GNV va déployer 7 nouvelles stations et mettre en circulation plus de 140 véhicules équivalents Poids Lourds en Vendée
  • Par le développement du transport de voyageurs au gaz (Semitan avec 170 bus au gaz, Expérimentation de car en Sarthe en janvier 2018 par Transdev )
  • Par l’exonération fiscale de la région sur la carte grise (48 € par Cheval fiscal)

 

Le module de micro-cogénération fonctionnant au gaz de bois à Vertou, photo Naoden

3. Soutenir l’innovation et la R&D dans le domaine des nouvelles voies de production des gaz renouvelables

  • Pyrogazéification à partir de la biomasse : projet Naoden (site des Côteaux Nantais à Vertou),
  • Production de méthane à partir de la culture des micro‐algues et macro‐algues (en projet à Saint-Nazaire),
  • La production de gaz dans le but de stocker l’électricité avec l’exemple du projet MINERVE porté par l’AFUL de la Chantrerie à Carquefou et inauguré le 8 février 2018.

2018/02/16

Comment atteindre un mix de gaz 100% renouvelable en 2050 en France ?


Source : Bioénergies International



Comment atteindre un mix de gaz 100% renouvelable en 2050 en France ?

Emmanuel Combet, ingénieur et économiste à l’ADEME, photo Jean Chiscano

Emmanuel Combet, ingénieur et économiste à l’ADEME revient sur l’étude qui vient d’être publiée par l’ADEME, GRDF et GRTgaz, et intitulée “un mix de gaz 100% renouvelable en 2050”

Quelles sont les sources de production du gaz renouvelable ?

Le gaz renouvelable peut être produit par trois types de procédés :

  1. La méthanisation permet de produire du méthane en utilisant des micro-organismes qui dégradent de la matière organique (résidus de cultures, déjections d’élevage, déchets agroalimentaires, herbes, algues, etc.).

  2. La pyrogazéification permet également de produire du méthane, mais cette fois par dégradation thermochimique, principalement de bois. Enfin, du gaz renouvelable peut être produit à partir d’électricité renouvelable (éoliennes, panneaux photovoltaïques, énergies marines).

  3. Les procédés électricité->gaz permettent de produire de l’hydrogène par électrolyse de l’eau, ou bien de produire du méthane en combinant l’hydrogène produit avec du CO2 (par « méthanation »).

Quelle est la part du gaz renouvelable aujourd’hui dans la consommation d’énergie globale en France ?

Aujourd’hui la production de gaz renouvelable est encore peu développée en France, bien qu’elle progresse. Dans leur panorama du gaz renouvelable, les gaziers ont annoncé l’injection de 815 GWh de gaz renouvelable sur les réseaux en 2016, ce qui représente plus du double de ce qui était injecté en 2015 (82 GWh). Il existe 522 unités de production (méthaniseurs) et 26 unités d’injection sur les réseaux (contre 17 en 2015). Une partie du gaz produit n’est pas injecté sur les réseaux, mais consommé sur place, essentiellement par des exploitations agricoles. Les deux autres filières de gazéification et de power-to-gas ne sont pas encore industrialisées. Malgré ces développements, le gaz renouvelable représente toujours moins de 1% de la consommation totale de gaz en France. La consommation française s’approvisionne donc toujours par des importations de gaz naturel.

Selon l’ADEME, quels sont les leviers pour atteindre un mix de gaz 100% renouvelable en 2050 ?

Il est d’abord possible d’augmenter la disponibilité en matières biodégradables et en électricité renouvelable. On estime à 620 TWh le contenu énergétique de ressources mobilisables en métropole en 2050, contre 140 TWh estimés pour 2010. Cela représente un potentiel de 460 TWh de gaz, soit la consommation de 2016. Une partie des ressources biodégradables devrait aussi servir à produire de la chaleur et de l’électricité. L’hypothèse d’un mix 100% renouvelable ne peut que s’inscrire dans un contexte de demande réduite, ce qui suppose une poursuite des efforts d’efficacité énergétique. Si ces efforts sont poursuivis, les besoins d’adaptation des réseaux seraient limités, consistant essentiellement au raccordement d’environ 10 000 méthaniseurs répartis sur le territoire.

En plus des évolutions agricoles, sylvicoles, et la mise en place de filières de récupération des déchets, le développement des filières de pyrogazéification et de power-to-gas serait aussi nécessaire. Cette dernière présente des synergies intéressantes avec l’évolution des systèmes électriques mais coûte aussi plus cher. Des conditions économiques compatibles, notamment une progression de la tarification du carbone, sont également nécessaires pour que les acteurs économiques mettent en œuvre ces solutions techniques au bon niveau (les coûts moyens en 2050 du gaz 100% renouvelable sont estimés à 100 à 150 €/MWh pour une demande comprise entre 270 et 360 TWh ; les coûts seraient inférieurs à 80€/MWh pour une production inférieure à 200 TWh).

>> Lire également et télécharger la synthèse de l’étude ADEME : Un mix de gaz 100 % renouvelable pour la France en 2050


2018/01/31

L'agriculture sera le secteur où se développeront le plus de projets de méthanisation


Source : Trame



L'agriculture sera le secteur où se développeront le plus de projets de méthanisation

L’association des Agriculteurs Méthaniseurs de France, voie représentative de la méthanisation agricole en France, est en lien permanent avec les services de l’Etat pour faire évoluer les cadres et proposer des perspectives de développement à tous les agriculteurs français qui seront demain les acteurs principaux du biogaz.

En effet, les gouvernements successifs ont émis le souhait de développer la méthanisation pour contribuer à la production d’énergies renouvelables. La méthanisation agricole contribue également à l’évolution de l’agriculture vers de nouvelles pratiques, une meilleure valorisation des effluents d’élevage et de nouveaux services au territoire. Elle rentre pleinement dans une logique de bioéconomie et d’économie circulaire qui est une des priorités retenues à l’issue des Etats généraux de l’alimentation.

Le développement de la méthanisation contribue à la diversité du bouquet électrique français, permet d’envisager une part croissante de biométhane vert dans les réseaux de gaz, et pourrait contribuer à l’évolution de la mobilité à travers le BioGNV. Trame et les Agriculteurs Méthaniseurs de France vous donnent rendez-vous au Salon Biogaz Europe pour échanger sur le développement de la méthanisation agricole en France.

Karen Serres, présidente de Trame et  Francis Claudepierre, président de l’Association des Agriculteurs Méthaniseurs de France.


2017/12/20

Transition énergétique : coulisses et termes du débat


Source : La gazette des communes



Transition énergétique : coulisses et termes du débat

Le Débat national sur la transition énergétique, annoncé lors de la conférence environnementale de septembre 2012, a connu au premier semestre 2013 des développements tous azimuts, après un démarrage un peu poussif.

La remise officielle de ses conclusions lors de la conférence environnementale de septembre 2013 précédera la présentation d'un projet de loi de programmation sur la transition énergétique qui devrait être débattu au Parlement en 2014.

Enjeux nationaux et locaux, prises de position et rapports de force : La Gazette vous révèle les coulisses du débat.

SOMMAIRE DU DOSSIER


2017/11/13

Maîtriser l'énergie durablement


Source : ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie)



Maîtriser l'énergie durablement

Nouveau - Mis en ligne le : 13/11/2017 - Date d'édition : 01/09/2017

L'industrie contribue à une consommation substantielle d'énergie : un quart de la consommation finale nationale d'énergie, un tiers de la consommation d'électricité. Cette consommation induit des émissions importantes de gaz à effet de serre, une dépendance énergétique et des charges toujours plus... 

colloque-energie-hs_energieplus_592_2017_10_01.JPG


2017/11/11

Micro-méthaniseurs, solution pour mieux valoriser les biodéchets en ville ?


Source : Bioénergies International



Micro-méthaniseurs, solution pour mieux valoriser les biodéchets en ville ?

Un article d’Anne Trémier, Ingénieure de recherche à l’Irstea

Micro-méthaniseur domestique mis au point par Homebiogas

Malmö (Suède) en 2001. Un éco-quartier de 18 hectares ouvre ses portes. Il étonne par son habitat varié, son objectif de 100 % d’énergies renouvelables et son tri des déchets ultramoderne. À Ithaca, dans l’État de New York, un écovillage de 90 maisons tend avec succès vers une autonomie alimentaire et énergétique. En France, un label ÉcoQuartier existe pour souligner les efforts d’aménagement durable. On peut citer, parmi ses bénéficiaires, le quartier des Courtils, à Bazouges-sous-Hédé en Bretagne, qui a promu une politique très active d’économie d’énergie et de recyclage des déchets dans un cadre de vie favorisant le lien social.

Quatre milliards de personnes vivent aujourd’hui en ville dans le monde. La population urbaine, qui augmente de près de 2 % par an, devrait représenter 70 % de la population mondiale en 2050.

Pour répondre aux besoins de cette population grandissante – en logements, en nourriture, en déplacements et en énergie – tout en relevant les défis du changement climatique, de la pollution de l’air et de la raréfaction des ressources naturelles, la ville se doit de repenser ses fonctionnalités et ses rapports à la nature et à l’écologie. Rendre la ville durable est donc une nécessité.

Grâce à ses éco-quartiers, Malmö est la ville la plus durable d’Europe – Euronews.

Des villes très énergivores

La quantité très importante de déchets (1,3 milliard de tonnes par an dans le monde en 2012) produite par la population urbaine place les villes sous une pression environnementale, économique et sociale majeure. Parallèlement, la consommation énergétique des espaces urbains représente près de 67 % du total mondial.

Or en Europe, selon les pays, de 14 à 47 % de ces déchets sont biodégradables ; dans les pays en voie de développement, cette part de biodéchets grimpe à plus de 60 %. S’ils peuvent générer des odeurs, des gaz à effets de serre, des lixiviats et des problèmes sanitaires en cas de mauvaise gestion, les biodéchets sont aussi une ressource valorisable énergétiquement et agronomiquement. Ils représentent donc une richesse à exploiter pour les villes. La méthanisation est une manière de les valoriser.

Le développement de la méthanisation

La méthanisation est un procédé biologique qui dégrade la matière organique et produit un biogaz riche en méthane, lequel est utilisable pour produire de l’énergie, ainsi qu’un digestat riche en azote assimilable par les plantes.

En Assyrie, on retrouve déjà, au Xe siècle avant J.-C., des traces de bains chauffés avec du biogaz. En Europe, les premiers développements significatifs de la méthanisation sont apparus beaucoup plus récemment, dans les années 1970, après les crises pétrolières. Plusieurs milliers de tonnes de déchets ont alors commencé à être traités, dans les fermes ou à l’échelle industrielle, dans des réacteurs de traitement appelés les digesteurs.

Dans d’autres parties du monde, la méthanisation s’est cependant développée à une échelle beaucoup plus petite, avec des micro-méthaniseurs de quelques mètres cubes, destinés à une utilisation domestique. Au début du XXe siècle, des digesteurs sont ainsi construits en Chine pour fournir de l’énergie à des villages ruraux éloignés de toute production d’énergie centralisée. Une croissance exponentielle de l’installation de ces systèmes a été notée à partir des années 1970 : on en relevait plus de 30 millions en Chine et en Inde en 2007. En Amérique latine, l’aboutissement de milliers de projets de micro-méthanisation est prévu pour 2020.

Des solutions multiples

Les digesteurs existent principalement sous trois formes différentes : à dôme fixe ou dôme flottant ; il y a également le digesteur piston ou tubulaire. Toutes ces technologies sont relativement rustiques. Il s’agit de limiter la consommation d’énergie intrinsèque à la technologie et d’éviter des opérations de maintenance technique complexes. Aucun équipement ne vient compléter le réacteur afin d’optimiser la réaction biologique : pas de brassage du déchet dans le réacteur, pas de maintien d’une température favorable (c’est-à-dire de 37 à 55 °C) par un chauffage extérieur. Pour pallier cette simplicité technique et assurer une production de biogaz efficace, les digesteurs sont le plus souvent enterrés : ils bénéficient ainsi de l’isolation naturelle du sol et évitent l’impact des variations climatiques sur les processus biologiques.

Le biogaz produit est utilisé directement en combustion pour la cuisine ou le chauffage, pour alimenter des unités de cogénération d’électricité, des lampes à biogaz ou encore des réfrigérateurs à gaz. Ces systèmes de micro-méthanisation rustiques sont très intéressants car ils permettent d’acquérir une certaine autonomie énergétique localement, à partir du recyclage de déchets. Cependant, leur efficacité environnementale est questionnable car il existe une forte suspicion de fuites de biogaz et donc d’émissions non-contrôlées de gaz à effets de serre.

Des solutions technologiques de micro-méthanisation, inspirées de ces systèmes rustiques, mais adaptées au contexte occidental, ont également été développées en Europe, aux États-Unis ou encore en Israël. Elles se veulent simples et peu encombrantes et visent à répondre à la transformation des déchets de quelques foyers ou d’un quartier, de restaurateurs, de grandes surfaces ou encore de petites industries agroalimentaires. Le micro-méthaniseur domestique proposé par la société Homebiogas, en est un bon exemple, tout comme celui testé en Angleterre dans le cadre d’un projet communautaire dédié à la valorisation circulaire des déchets de cuisine.

Des solutions plus intégrées existent aussi. On peut penser à ce container, transportable et duplicable, qui contient à la fois le réacteur biologique de méthanisation et les équipements techniques de valorisation du biogaz (notamment la génération d’électricité). Ce type de système est d’ores et déjà installé au Portugal (voir la vidéo ci-dessous).

Présentation (en anglais) du système de recyclage des invendus alimentaires dans un supermarché portugais.

De nombreux freins demeurent

En France, plusieurs textes de loi sont favorables à l’élaboration de solutions au plus près des producteurs. C’est le cas de la réglementation sur la valorisation des biodéchets des gros producteurs, ou encore, plus récemment, de la loi du 17 août 2015 sur la transition énergétique pour la croissance verte, qui instaure l’obligation de généraliser le tri à la source des déchets à l’horizon 2025.

Néanmoins, de nombreux freins existent encore et limitent le déploiement des micro-méthaniseurs urbains. Il reste, malgré les quelques démonstrations pilotes citées précédemment, à démontrer que ces technologies sont suffisamment maîtrisées et robustes pour répondre aux exigences sanitaires, environnementales et sécuritaires européennes.

La réglementation n’est d’ailleurs à ce jour pas vraiment adaptée : en France, si un arrêté est en cours de révision pour la mise en œuvre du compostage de proximité, il n’inclut pas la micro-méthanisation. Celle-ci doit donc faire l’objet d’une autorisation en tant qu’installation classée pour la protection de l’environnement (ICPE), dont la complexité pourrait rebuter les porteurs de projets.

D’autre part, la performance environnementale et le coût global de réseaux urbains de micro-unités de méthanisation doivent être évalués. Enfin, l’implantation même de ces unités bouscule l’organisation des systèmes de gestion centralisée des déchets. Il convient donc de repenser les métiers associés à cette gestion. De même, dans un contexte décentralisé, l’exercice de la responsabilité de la collecte et du traitement de déchets doit-il rester du ressort des EPCI ou revenir aux communes ou encore à l’échelle des producteurs de déchets ?

Tous ces freins sont autant de questions que propose d’étudier le projet européen H2020 DECISIVE afin de démontrer l’intérêt et la viabilité de ce nouveau paradigme de gestion décentralisée des biodéchets urbains.

Anne Trémier, Ingénieure de recherche, Irstea

La version originale de cet article a été publiée sur The Conversation.


Coordonnées

BIOMASSE CONSEIL

Adresse : 4 rue Pierre Curie 88110 RAON-L'ETAPE

Téléphone fixe : 09 84 28 92 90

Téléphone mobile : 07 82 24 84 22

E-Mail : contact@biomasse-conseil.fr

Web : www.biomasse-conseil.fr

 

Réalisation

Site réalisé par Le Tisseur De Liens